Vous-Savez-Qui est en pleine ascension. Venez revivre la Première guerre !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Quand la blatte blonde croise la bestiole [PV. GreyGrey]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lucius Malefoy
Grande Blatte Blonde || Directeur Dpt de Contrôle des Bestioles
avatar

Messages : 90

PENSINE
Profession/Année: A votre avis ?
Relations:
MessageSujet: Quand la blatte blonde croise la bestiole [PV. GreyGrey]   Ven 27 Juin - 21:26

*Hum...*

Passablement indigné, Lucius jeta un regard aux maisons, à ses yeux décrêpies, inintéressantes. Son travail l'ammenait lui et deux employés de son service dans ce trou à rats. Uniquement son travail, d'ailleurs, car même s'il avait connu l'un des 'rares ' sorciers vivant ici, il ne serait pas venu le visiter. Ce qu'il pouvait haïr ces petits villages paumés. Tous ces Moldus paumés. Tous ces sorciers paumés...

Pourquoi avait-il fallu qu'un pauvre miséreux imbécile pense qu'ici, il pourrait faire tranquilement son trafique d'oeufs de classe A dans la catégorie des créatures interdites à la possession/vente ? Lucius le lui ferait payer... S'il n'avait pas eu les deux autres cols-blancs dans les pattes, il pensa qu'il aurait peut-être usé de quelques sorts de son cru contre lui...


-Ah, fiche-le-camp ! Saleté !

Le noble blond chassa du pied un espèce de pailasson pourvu de pattes, un (toussotement)chien lui reniflant les pieds, le sortant au passage de ses pensées. Après de nombreux autres gestes menaçants (et passablement ridicules), et après un regard noir aux deux employés retenant difficilement un rire moqueur, il continua sa route, ouvrant la marche d'un pas digne et vif... un peu comme s'il voulait montrer qu'il était quelqu'un, lui.
Endin, la... maison de l'homme ayant commis une lourde infraction fut visible. Il ne put retenir un ricalement mauvais tout en contemplant son délabrement tout particulier, sa décomposition largement avancée... Puis, toujours le sourire aux lèvres et encadré de ses deux hommes, il frappa trous coups particulièrement brusques à la porte... qui s'ouvrit à la volée sous un de ses sorts quand il perdit patience, soit au bout de quelques secondes.

Quand leur tâche fut finie, Lucius, suivi d'un de ses employés tenant un lourd sac de toile rempli d'oeufs et l'autre retenant un homme lié de cordes magiques, quitta la maison, un mouchoir de soie blanche placé sous son nez pointu et fin.


-Mais quelle puanteur, j'ai encore l'odeur dans les narines, marmonna-t-il à lui-même.


Dernière édition par Lucius Malefoy le Jeu 10 Juil - 21:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand la blatte blonde croise la bestiole [PV. GreyGrey]   Ven 27 Juin - 22:25

Il n'y a pas de petits profits et ça Fenrir l'avait comprit, et depuis bien longtemps. Aussi, dès l'instant même où il entendit le mot « trafiques » associé à « œuf de catégorie A » dans la cave miteuse de ce bar malfamé, il se montra tout particulièrement intéressé. Il s'était donc approché des deux hommes en pleine transaction, à pas de loup, et leur avait soumis son idée, ou plutôt son ultimatum. Après une petite discussion houleuse close par quelques coups de points et quelques chaises fracassées, le loup parvint à découvrir le nom de la personne chargée de garder les œufs en attendant un acheteur potentielle et une transaction tout à fait enrichissante. Le plus gros du travail était fait. L'adresse de cet homme ne resterait pas un mystère bien longtemps. Et effectivement, après une très brève investigation, Greyback prit le chemin du village mixte de Flagley-le-haut, en vue d'une petite 'visite de courtoisie'. Après une transplanation parfaite, il se retrouva dans les environs du village. Après un bref examen de son environnement, le loup reprit sa marche. Le village était mixte, ce qui voulait dire que des moldus partageaient leur vie sans le savoir avec des sorciers. Certaines précautions étaient donc d'usage, dont celle qui consistait à ne pas apparaître de manière inexplicable au beau milieu de la place centrale. Fenrir n'avait que faire habituellement du quand dira t'on des moldus, car après tout, les moldus qui avaient l'occasion de le voir en face ne vivaient généralement pas assez longtemps pour comprendre que les sorciers existes.

Oui mais cette fois, pas question d'avoir un comportement louche et de risquer de se faire prendre avec une si précieuse cargaison. Greyback fit alors une entrée tout à fait banale dans le village, avant de sortir un petit papier griffonné d'un plan d'une de ses poches. Très pratique ses relations : il suffisait qu'il exige une adresse pour immédiatement un plan fort bien géré lui soit dessiné. Et avec un tel outil trouvé la dite maison ne fut d'une affaire de secondes. Il fit donc une très légère halte devant une vieille maison en ruine, jurant agréablement (aux yeux du loup) avec les petits pavillons trop propres qui l'entouraient. Il s'imprégna de son odeur de moisissure par de grandes inspiration, puis, d'un pas décidé, il fonça vers la porte, qu'il défonça à grand coup de pieds, aidé en cela par le bois tendre attaqué par l'humidité. Il trouva alors son propriétaire, un vieil homme au crane dégarni, agenouillé au beau milieu du salon, les yeux rougit par des pleurs incessant et une profonde déception. La cargaison avait disparue. Greyback avait été doublé.
Un profond sentiment de rage s'empara alors de lui, à un tel point qu'il empoigna le pauvre homme par le col de sa chemise miteuse, le secouant comme un pommier, jusqu'à ce que ce pauvre homme, dont la colonne vertébrale était à deux doigts de lâcher, puisse prononcer le simple mot 'contrôle'. Alors Greyback s'élança dans les rues, courant presque d'un pas lourd. Déjà devant lui se trouvaient trois silhouettes, chargés d'un sac de toile imposant. Il les traita alors de tous les noms, ne cherchant pas à éviter la confrontation dans ses rues pourtant si calme. L'homme qui marchait à leur tête se retourna. Et à travers le mouchoir d'un blanc pur qui couvrait son nez, Greyback parvint à reconnaitre Lucius Malefoy.
Revenir en haut Aller en bas
Lucius Malefoy
Grande Blatte Blonde || Directeur Dpt de Contrôle des Bestioles
avatar

Messages : 90

PENSINE
Profession/Année: A votre avis ?
Relations:
MessageSujet: Re: Quand la blatte blonde croise la bestiole [PV. GreyGrey]   Mar 8 Juil - 0:15

Allons-y. Nous n'avons plus le moindre temps à perdre dans ce trou à rats.

Alors que le jeune blond prononçait ces mots, il s'immobilisa. Lui et ses deux employés tournèrent la tête dans une direction. Celle de la maison dont ils venaient de sortir. Quelqu'un d'immense avançait d'un pas lourd. Quelqu'un d'immense leur beuglait dessus, les traîtant de tous noms possibles à imaginer. Lucius poussa une exclamation indignée.
La masse imposante qu'était l'homme semblait arriver au ralenti, à moins que ce ne soit qu'aux yeux de Malefoy. Les deux hommes du ministère s'échangèrent un regard en biais puis, voyant que Lucius attendait l'arrivant, l'un déposa le sac à terre, tendis que l'autre faisait l'homme arrêté s'asseoir à même le sol.


Venez ici, Smith.

Lucius donna son ordre d'un ton sec, comme si le Smith en question n'avait été qu'un vulgaire larbin. D'ailleurs, c'était exactement ce qu'étaient lui, et son collègue Mac Gowan, à ses yeux. La seule chose que ce minable avait pour lui, était sa taille et sa carrure. C'était un homme solidement bâti, ce dont en cet instant Malefoy avait besoin. Non que lui soit petit, au contraire. Il refusait seulement de se trouver seul face à cet énregumène lui rappelant désagréablement Greyback.
Smith s'avança, Lucius le fit s'immobliser d'un geste sec quand il fut légèrement en arrière.


Tenez-le en joue.

Après une brève hésitation qui lui valut un regard acéré de la part de Lucius, il finit par sortir sa baguette magique, la pointant vers l'homme, qui enfin approchait, continuant de beugler tel un goret.

Je vous signale que vous vous adressez de la sorte au Directeur du département de contrôle des créatures magiques !

Il lâcha le tout d'un ton sec et parfaitement snob, observant l'autre de haut. Ce fut alors que, un quart de seconde durant, le regard de Lucius, pourtant dur et impassible, laissa passer une vague surprise. Cet homme ne lui était pas parfaitement inconnu : Fenrir Greyback se précipitrait vers eux, furieux.

Smith... Je vous garantis que si jamais vous reculez d'un pas, je vous vire.


Dernière édition par Lucius Malefoy le Mer 9 Juil - 20:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand la blatte blonde croise la bestiole [PV. GreyGrey]   Mer 9 Juil - 18:35

Il avait ralenti le rythme de sa marche à l'instant même où il était parvenue à mettre un nom sur cette silhouette à attitude de haut snobinard qui lui faisait face , pourtant de l'autre coté, il n'en semblait pas de même. Les deux hautes ombres qui encadraient Lucius se mirent en mouvement, et Greyback vit précisément chacun de leurs gestes. Le sac fut posé à terre, et deux belles baguettes furent pointés en sa direction. Pourtant il n'y fait guère attention, continuant sa marche à allure régulière, assez amusé de l'attitude de défense qu'ils avaient prit à son approche. Alors ses insultes avaient étés si efficaces que ça? Il continua sa marche et, une fois arrivé à quelques mètres de Malefoy, il lança, sur de lui :

-Eh, Quelle agréable surprise de te croiser ici Lucius. Et je ne m'attendais pas à te voir en si charmante compagnie!

Greyback fit un pas de plus, s'amusant de ces baguettes, pointés vers lui par deux bras légèrement tremblant. Ils avaient la carrure appropriée, mais apparemment pas les nerfs qui allaient avec. Greyback eu un rire silencieux : il était presque certain que Lucius avait ordonné à ses deux hommes d'agir ainsi. Et cela ne l'étonnait guerre. Deux précautions valent mieux qu'une. Les yeux du loup se posèrent alors au sol, balayant une courte surface, jusqu'à tomber sur l'objet recherché, le sac en toile. Il était là, derrière eux, pour le moment hors d'atteinte. Le loup sourit de nouveau, un sourire carnassier : il avait retrouvé sa proies, l'objet de ses désirs.

-Il semblerait que je soit arrivé un tout petit peu trop tard.

Appuyant ses mots, il fit un geste vers l'avent, mais se heurta aux baguettes levés, menaçantes. Greyback eu un léger soupire d'énervement. Qu'est ce que le blond avait bien pue leur dire pour qu'ils insistent de la sorte? Il réitéra sa tentative mais se heurta au même problême. Il sentait l'agacement monter de plus en plus en li. Pourtant il devait se controler. Si il perdait la maitrise de ses sentiments... Il était certain que c'était très justement ce qu'attendait Lucius, une occasion d'attaquer par légitime défense. Et bien, Greyback ne lui donnerait pas cette joie. Pourtant il n'allait pas repartir bredouille. Il se retourna alors vers l'homme le plus proche, approcha son visage à seulement quelques centimètres de sa maudite tête plate et sans relief :

-Dis, ta maman ne t'as jamais dit qu'il était mal polis de pointer les gens du doigt?!
Il patienta quelques secondes puis, en voyant que l'homme ne ferait pas le lien seul, il continua d'une voix irrité
Et bien il en va de même des baguettes alors enlève ça tout de suite.

Il fi un geste brusque si bien que le deuxième mastodonte qu'il avait laissé de coté se sentit une ame de héro pour sauver son camarade. Une baguette vint alors se loger entre les omoplates du loup. Greyback expulsa violement de l'air par ses narines. Il devait se controler. Ses points se serraient plus fort que jamais, ses ongles aussi solides que des griffes meurtrirent sa propre chair. Il devait se controler. Non pas que Lucius et lui ne soient pas "amis", mais le domaine du travail et le domaine du privé étaient deux chose tout particulièrement opposés...
Revenir en haut Aller en bas
Lucius Malefoy
Grande Blatte Blonde || Directeur Dpt de Contrôle des Bestioles
avatar

Messages : 90

PENSINE
Profession/Année: A votre avis ?
Relations:
MessageSujet: Re: Quand la blatte blonde croise la bestiole [PV. GreyGrey]   Jeu 10 Juil - 21:34

-Eh, Quelle agréable surprise de te croiser ici Lucius. Et je ne m'attendais pas à te voir en si charmante compagnie!

Pas de réponse. Lucius se contenta de redresser la tête, de regarder son camarade de haut. Il espéra quand même que le vieux loup comprendrait qu'il ne faisait cela que pour ne pas paraître suspect face à deux employés du Ministère. Pour conserver sa bonne réputation, et sa jolie petite vie, il était parfois prêt à passer sur certaines amitiés. Or, avec Greyback, il préférait prendre des gants... Ne pas se le mettre à dos, mais aussi ne pas perdre les à peu près bons rapports qu'ils entretenaien, mais qui parfois semblaient tenir par un fil.

-Il semblerait que je soit arrivé un tout petit peu trop tard.

-Vous étiez au courrant de ce trafic ?


Lucius prit un ton de reproche, regardant Greyback d'un faux air suspicieux.

-Faites attention à ce que vous dites, sinon vous allez devoir nous suivre de la même manlière que ce moins que rien...

D'un signe de tête, il désigna l'homme attaché près du sac.

*Ne sois pas stupide, comme si quelqu'un était capable d'ensaucissonner Greyback ?*

Le lycan semblait, de toute manière, ne pas prêter grande attention à ce qu'avait dit le jeune blond. Il était visiblement beaucoup trop occupé à jouer avec les nerfs bien fraguiles de ces deux empotés de Smith et Mc Gowan.

Puis, après quelques phrases menaçantes, Greyback eut un geste brusque, impatienté : a mesure que les secondes étaient passées, Fenrir avait fini par se lasser de se voir mis en joue par les deux hommes. Or, ces derniers tenaient trop à leurs emplois pour bouger... Et à présent, Smith était désarmé, mais le dos de Greyback était menacé de l'arme de Mac Gowan...


Monsieur, vous êtes en train de menacer un employé du Ministère, avertit Lucius.

*Oh, et puis....*

C'était parfaitement inutile. Il poussa Smith d'un geste, pour qu'il soit hors de portée de Greyback, et se mit face à lui.

-Reculez, Mc Gowan.


Le jeune Mangemort regarda alors Greyback dans les yeux, dans un regard lui indiquant de se calmer, de... jouer le jeu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand la blatte blonde croise la bestiole [PV. GreyGrey]   Lun 14 Juil - 18:28

Lucius intervenait enfin, arrivant sur le devant de la scène, jusque là occupé par trois gros tas de muscles. *Enfin* souffla alors Greyback en le voyant faire quelques pas jusqu'à disparaitre dans son dos. Il s'en suivit un léger bruit doublé de la disparition de la pression qu'effectuait la baguette menaçante dans le dos du loup. Une action doublée d'un ordre provenant de Lucius. Le grand homme était venu se placer près du lycan, juste en face de lui à vrai dire. Il fixait avec une expression froide celui qui était son ami. Un observateur extérieur aurait certainement eu peur de voir une altercation directe entre les deux hommes, mais Greyback voyait autre chose dans ce regard gris. Lucius était passé maître dans l'art de faire comprendre toute une situation par un seul regard. Il savait se doser, se mettre en scène.

Et Greyback avait comprit. Beaucoup de chose. Il avait comprit beaucoup de choses. Lucius ne pouvait pas se permettre de se compromettre devant ces deux eployés de bas étages si lâches qu'on pouvait être certain de les voir s'empresser d'aller cafter au ministère les affiliations plutôt louche du directeur du département de contrôle et de régulation des créatures magiques. Voila ce que transmettait un regard froid pourtant si anodin. A croire que l'homme blond savait que le lycan qui lui faisait face était passé maître dans l'art de lire entre les lignes... Il ne restait alors plus qu'à se calmer, à faire profil bas, à ne pas être dérangeant pour la si brillante carrière de Mr Malefoy. Facile à dire. *Reste plus qu'à se débarrasser de ces deux débris avant de pouvoir parler business*. Plus facile à dire qu'à faire...


Les muscles de Greyback se décrispèrent, son poing s'abaissa jusqu'au niveau de ses genoux. Sa deuxième main lâcha au ralentis le deuxième employé, celui qui avait une tête à s'appeler Smith. Une stupide tête avec cet air méprisant. Un air de victoire. Greyback détourna alors la tête un moment, histoire de ne plus voir cette stupide expression qui lui mettait les nerfs à vifs. Pourtant, elle lui revenait comme un mauvais rêve, incrustée dans sa rétine. Il eu alors un rire nerveux. Et dans un mouvement fluide et rapide, son pieds passa juste à coté de Lucius et alla s'encastrer dans la partie reproductrice de l'anatomie de ce con musculeux. *Ah, à ce niveau là tous les hommes sont formés pareille!* Se dit Greyback en regardant l'homme tomber à genoux dans un râle sur aïgue. *Enfin presque tous les hommes...* *A quelques expression près.*

Et un de moins. Voila à quoi Greyback aurait due penser au lieux de se faire des répliques déplacés. Mais bon, on ne change pas un homme en seulement quelques minutes. Il se retourna alors vers son ami, lui adressa un léger sourire sans arrière pensée et fini par répondre à sa toute première question, histoire de semer le doute chez ce Mc Gowan qui ne saura plus comment réagir pour sauver son ami du déshonneur.

-La moitié de l'Angleterre est au courant de ce trafic.

Mentit il alors, histoire de mettre toute ses chances de son coté. Ce n'était pas le moment idéale pour avouer la torture qu'il avait fait subir à plusieurs hommes pour arriver jusque là.
Revenir en haut Aller en bas
Lucius Malefoy
Grande Blatte Blonde || Directeur Dpt de Contrôle des Bestioles
avatar

Messages : 90

PENSINE
Profession/Année: A votre avis ?
Relations:
MessageSujet: Re: Quand la blatte blonde croise la bestiole [PV. GreyGrey]   Sam 19 Juil - 20:41

Après avoir privé Smith de son appareil génital, Greyback se tourna vers Lucius et prit la parole comem si de rien était.
A sa réponse, le jeune bond sourit, sachant pertinemment que ce que disait Greyback était entièrement faux. Ce trafic durait déjà très probablement depuis un an, où monimum plusuieurs mois. Et strictement personne, jusqu'à très récemment, n'était au courrant à moins d'être directement lié, soit d'avoir pas mal d'autres choses à cacher au ministère.
Smith et Mc Gowan le savaient eux aussi, mais les deux hommes étaient trop occupés à se tenir le plus éloignés de Greyback, quitte à laisser leur patron se faire réduire en miettes. Bien qu'il savait ne rien risquer en la présence de son ami, il se jura de leur faire payer, toujours pour sauver les apparences. Et pour le plaisir de pourrir la vie de ces nés-Moldus... Lucius, sans essayer de savoir où et comment Greyback avait obtenu l'information, se contenta d'un hochement de tête et d'un regard mi suspicieux-mi amusé.


-Ta moitié d'Angleterre en question est plutôt restreinte, mais soit.

Il était à présent quasiment sur que les deux autres empotés marmonnaient entre eux, que donc ils ne les écoutaient pas. Mais ce n'était pas une raison pour se mettre à parler tranquilement de leur dernière attaque de Moldus...
Observant Greyback, il comprenait à peu près l'état dans lequel les deux hommes s'étaient mis. Malgrés leurs corpulences respectables, ils n'étaient que des brindilles comparé à l'ami de Malefoy...


-Tu n'étais pas obligé de le frapper, dit le Mangemort tout bas. Quoi que ce fut très amusant à regarder... finit-til dans un sourire moqueur.

Sourire qui ne resta qu'un instant sur ses lèvres, histoire qu'on ne le voie pas sympathisant avec Fenrir Greyback.


Dernière édition par Lucius Malefoy le Mar 19 Aoû - 13:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand la blatte blonde croise la bestiole [PV. GreyGrey]   Dim 3 Aoû - 15:33

A la remarque de Lucius, Fenrir eu un sourire. Il n'était pas obliger de le frapper? Après ce qu'il lui avait fait? Un peu quand même. Et si Lucius avait prit du plaisir en regardant cet homme atteint dans sa virilité, il ne pouvait pas imaginer le plaisir que le loup en avait retiré. Il tourna son visage vers les deux hommes en questions, qui s'étaient réuni, l'un penché vers l'autre. Il semblaient comploter. Mais ce qu'ils ignorait été la superbe capacité des lycan à entendre toute conversation à moins de 50 mètres. Apparemment il n'avait rien à craindre de leurs complots. De simple speculations plus ou moins douteuses, mais rien qui ne mette en péril le statue de Malefoy. Il profita alors de l'absence mentale des deux hommes pour se rapprocher de Lucius et lui glisser :

-Mais... Il n'y a vraiment pas moyens que ces précieux œufs arrivent par accidents dans ma poche? J'ai vraiment besoin d'argent en ce moment.

Il jeta un nouveau regard silencieux vers les deux employés mastodontes qui suivaient toujours Lucius, ces deux là étant toujours occupés dans leurs messe basse, Fenrir continua :

-Bien sur en échange je te propose mes service. Mon entier pouvoir est a ta disposition. Tu me désigne une cible, et je m'en occupe, le tout en ton nom.

Un service de body Gard d'un tout nouveau genre. Et si Greyback était près à louer ses services, cela prouvait bien l'urgence de la situation. Mais il avait une certaine estime pour Lucius Malefoy, ce qui devrait l'empécher de se sentir ridicule en lui rendant service, de plus son besoin d'argent était bien réel. Sa maison tombait en ruine, et cela faisait des mois déjà qu'il n'avait pas vu un trafique aussi rémunératif que celui de ces œufs. Les voir ainsi s'éloigner de sa poche, emporter par un de ses rares amis, cela était bien trop bête.

Il se mis alors à réfléchit à une parade. A un plan qui lui permettrais de les récupérer tout en ne mettant pas en cause Lucius. Et bien entendu, le seul qui lui vint à l'esprit était teinté du gout amer de la mort. Son regard insistant en direction des deux hommes du ministère aurait due amener Lucius sur la voix. Greyback voulait les tuer, puis Lucius prétexterait qu'ils se sont fait attaquer. Pour plus de crédibilité, il faudrait le frapper lui aussi, ou tout du moins faire comme si. Oui, et par la suite de ce plan, Greyback serait hors de danger dans sa maison au toît fraichement réparé.

Il se retourna enfin vers Lucius, pour lui faire sa proposition. Mais peut être avait il déjà comprit.
Revenir en haut Aller en bas
Lucius Malefoy
Grande Blatte Blonde || Directeur Dpt de Contrôle des Bestioles
avatar

Messages : 90

PENSINE
Profession/Année: A votre avis ?
Relations:
MessageSujet: Re: Quand la blatte blonde croise la bestiole [PV. GreyGrey]   Mar 19 Aoû - 14:04

Greyback surveillait toujours du coin de l'oeil les deux brutes épaisses lorsqu'il se pencha pour lui poser cette question. Cette étrange question. Depuis quand le grand loup s'annonait dans le besoin, soit dans une posture de faiblesse ? Lucius se demanda s'il faisait encvers lui preuve d'une telle franchise par confiance, ou alors juste dans le but de s'attirer une quelconque compassion, dont bien sur Lucius ne ferait aucunement preuve. Quant à sa question, la rpéponse était bien évidemment non. S'il n'avait pas eu ces deux hommes dans les pattes, il aurait accepté et prétexté qu'il était arrivé trop tard, que les 'malfrats' avaient pri de l'avance. Mais là, comment ferait-il pour empocher ces deux là ? Trop droits, ils préfèreraient mourir plutôt que se faire sudoyer. Mourir... Ceci était aussi une autre solution. Un peu risquée si Lucius voulait faire profil bas, mais il n'aurait qu'à feindre une attaque dont il aurait miraculeusemet survécu. Une attaque ayant couté la vie à ces deux pauvres hommes qu'étaient Smith et Mc Gowan, quelle tristesse. Ensuite, il devrait écrire des cartes aux veuves... Enfin ne nous emportons pas trop. Peut-être ceci n'était même pas dans les plans de Fenrir. Quoi que... justement, il s'agissait de Greyback... "Bien sur en échange je te propose mes service. Mon entier pouvoir est a ta disposition. Tu me désigne une cible, et je m'en occupe, le tout en ton nom." Par contre, cette nouvelle donne était intéressante. Lucius adressa à son comparse un bref regard intéressé, tournant ensuite la tête en direction des deus autres, qui semblaient ne rien avoir remarqué. Ils devaient penser qu'ils s'affrontaient inutilement du regard tout en se marmonnant quelques douceurs...

Les yeux gris du Mangemort se posèrent sur ceux du lycan. Mais ce dernier fixait Smith et son comparse. Il semblait être saisi d'une idée aynt déjà fait son tour dans l'esprit de Lucius...
L'homme de haute stature et de carrure imposante se tourna en direction du jeune Mangemort. Après un dernier regard en direction des deux, il fixa les yeux de Lucius. Celui-ci comprit parfaitement...
Il lui donna un hochement de tête en guise de réponse. Un hochement de tête affirmatif. Finalement, il acceptait d'entrer dans ce jeu quelque peu dangereux : cette-fois-ci, aucun masque de Mangemort ne le protègerait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand la blatte blonde croise la bestiole [PV. GreyGrey]   Dim 19 Oct - 1:41

Le hochement de tête affirmatif du jeune aristocrate blond résonna comme un coup de tonnerre dans l'esprit du lycan. Il donnait son accord au plan de Greyback, et le tout sans même qu'il n'ai eu besoin d'élever la voie. L'attaque allait brusquement débuter, et les deux gardes allaient trépasser sans même comprendre pourquoi. Mais Greyback en était certain, quelques secondes de vie en plus ne leur auraient pas étés suffisent pour leur permettre de comprendre tout l'enjeu de l'histoire. Tous ce qui comptait pouvait se résumer en deux étapes : Greyback allait se mettre au service de Lucius et Lucius laiguerait les œufs à Greyback. Une double entraide. Un sourire de satisfaction eu le temps de se dessiner sur le visage du loup, ceux juste avant que tous ses muscles se tendent, et qu'il ne bondisse comme un animal en direction des deux hommes. Pas besoin de vérifier les alentours, il était absolument certain de n'avoir vue personne. Et aucun curieux ne regarderait pas les fenêtres. Mais dans le doute. Dans le doutes mieux valait peut être faire rapide mais dégelasse.

Greyback bondit alors en direction de l'une des deux armoires vivante, peu importe la quelle, il n'avait pas de préférence. Ses choix étaient toujours instinctifs, et ce serait donc à l'homme de gauche d'en payer les frais. Avant le choc, la partie humaine de la bête se demanda tout de même si Lucius Malefoy avait eu le temps de sortir sa baguette, pour s'occuper de l'homme de droite, l'homme sur lequel il n'avait pas projeté de s'écraser comme il allait le faire dans quelques centièmes de secondes. Et le choc eu lieu, bien plus violement qu'il ne l'aurait pensé, l'homme armoire s'étant raidit par réflexe en le voyant approché. Raidit peut être, mais pas suffisamment à en croire les quelques mètres que le lycan parvint à lui faire parcourir d'un simple coup d'épaule. Greyback se redressa, et observa l'homme. Du sang coulait déjà de son nez, nez qu'avait percuté la scapula du lycan en un coup violant. Son appendice nasal devait très certainement avoir été réduit à l'état de souvenir par le choc, et cette idée plaisait à Fenrir. Oui, il aimait avoir l'impression d'envoyer ses victimes dans un cercueil par morceaux. Par étapes. Quelle serait la suivante?

Avant qu'il n'ai eu le temps de réagir, Fenrir bondit à nouveau, toutes griffes dehors, les doigts fourchus comme des serres d'aigles, cherchant à emporter le plus possible. La version rapide n'était pas la plus artistique des options, mais au moins était elle assez spectaculaire. les mains de greyback se refermèrent sur le coup dénudée de l'homme, et il se mis à le serrer si fort qu'il aurait pue jurer sentir le sang tourbillonner dans les veines juste sous ses doigts. Une autre sensation agréable... Une nouvelle vague de pression entraina l'enfoncement des ongles dans la chair du cou de l'homme. Ongles qui bien vite rencontrèrent la résistance de la trachée. L'organe se gonflait par intermittence, sous l'effet certainement des hurlements coincés au niveau de la boursouflure. Aucun son de sortait de sa bouche. Aucun son ne pourrait plus en sortir. Mais les ongles n'étaient pas assez résistant. Greyback les sentait plier sous la pression. Il n'avait plus le choix.

D'un geste brusque il fit fondre sa tête en direction de ses mains,e t ses dents aidèrent les doigts à se frayer un chemin parmi chair et organes. Et très vite, comme attenue, l'homme tomba au sol, la gorge totalement ouverte, déstructurée, béante, répendant au sol une marrée rouge. Greyback se retourna alors vers Lucius Malefoy, qui était près d'un cadavre lui aussi. Le loup calma son souffle, et dit d'une voie posée :


-Très bien, à présent il va falloir se mettre d'accord au sujet de notre version des faits.

Dit alors Greyback, s'essayant négligemment le bord de la bouche, étalant plus le sang qu'il ne le retira. Le gout acre de désemplissait pas, mais il aimait ça. cette sensation de puissance, sensation qui se renforça lorsque ses doigts se refermèrent sur le sac contenant les œufs de contrebandes sencés mettre le point final à ses déboires budgettaires. Mais à vrai dire, il allait trop vite en besogne. Pour que toute version des fait soit crédible, il fallait que Lucius ai l'air aussi de sortir d'une bataille acharnée, bataille qui avait couté la vie aux deux autres hommes. Greyback issa le sac sur son épaule, et s'avanca résolument vers son ami, le tout en faisant craquer ses jointures. Il allaut devoir faire quelque chose de spectaculaire, mais de presque indolore. Il sourit en arrivant devant Lucius :

-Pardone moi.

Dit il simplement tout en élançant son imence poing en direction du visage de Malefoy.
Revenir en haut Aller en bas
Lucius Malefoy
Grande Blatte Blonde || Directeur Dpt de Contrôle des Bestioles
avatar

Messages : 90

PENSINE
Profession/Année: A votre avis ?
Relations:
MessageSujet: Re: Quand la blatte blonde croise la bestiole [PV. GreyGrey]   Mar 11 Nov - 22:40

Ce hochement affirmatif mais quelque peu hésitant fut vite regrêtté par le jeune Malefoy. A peine ce geste entamé qu'un sourire véritablement carnassier, véritablement animal, se dessina sur le visage de son étrange ami, l'étirant, emplifiant son aura maléfique si parfaitement distillée autour de lui. Léger mouvement de recul que Lucius sut maquiller en attaque : alors que de son côté Greyback fondait sur l'un des hommes de Lucius (Smith, marié et père de quatre petits bambins), le Mangemort dégaîna vivement sa baguette magique. Il posa un regard glacé sur Mc Gowan. Il était pétrifié sur place par la scène se déroulant sous ses yeux inocents et sous ceux, blasés, de Lucius. Il entrouvrit les lèvres comme s'il allait hurler. Mais pas le moindre son sortit. Il tourna la tête vers Malefoy. Son regard devint plus stupéfait lorsqu'il vit que son supérieur hyérarchique abordait une expression calme. Presque amusé. Ce qui choqua le plus le malheureux Mc Gowan fut d'entrapercevoir la baguette pointée en direction de son torse. Présompteusement, Lucius avait décidé de ne pas le tuer tout de suite. Et ce juste pour voir l'expression mêlée entre surprise et colère de cet abruti fini. Expression de colère car

-Je le savais, siffla-t-il entre ses dents serrées; comme soudées entre elles par la fureur l'envahisant lentement mais sûrement. Je savais qu'il y'avait quelque chose de pas net chez-vous... et je le prouverais !
*Pas si tu meurs avant de pouvoir le faire.*


Il le savait. Et l'avait toujours su, de surcroit. Le jeune blond répondit aux phrases de Mc Gowan, proférées sur le ton d'un prêtre maniaque faisant face au Démon, par un sourire léger. Léger et supérieur.

Lorsqu'il eut fini avec lui, il tourna les yeux vers Greyback. Lui n'avait pour sa part pas fini son goûter. til semblait décidé à prendre son temps, au léger désespoir de Lucius. Voire un employer de bureau se faire réduire à néant par un homme-animal sauvahe n'avait rien de réellement excitant. Surtout qu'il ne fallait pas oublier qu'ils étaient à découvert.
Finalement, les choses ne furent pas aussi longues qu'il l'avait craint. Greyback se redressa, et Lucius leva directement les yeux vers lui. Inutile de regarder la pâtée d'homme à ses pieds.
Le lycanthrope au visage ensanglanté proposa une version des faits à donner, une fois arrivé en catastrophe au Ministère.
Une version qui ne fit point formulée, mais qui malgré tout semblait être la plus plausible. En voyant le large sourire de Greyback, en entendant ces mots qui dans sa bouche aux dents pointues et nombreuses ne sonnaient pas vrais, il commença a ouvrire la bouche.

Comme pour dire "Ne frappe pas trop fort s'il te plait."

Mais comme si Greyback ne l'avait pas écouté, il sembla au dernier héritier des Malefoy qu'il avait mis toutes les forces dont il jouissait dans ce violent coup de poing. Il crut que l'impact lui avait arraché la mâchoire.

Puis il ne sentit plus rien.

Une amlée de trolls chaussés de bottes de fer lui était passée dessus. Il en était persuadé. Son corps était une seule et unique, et ignoble courbature. Le gémissement qu'il entendit ne semblait pas venir de ses lèvres entrouvertes et douloureuses. Or, c'était le cas.
Ses paupières étaient si, si, si douloureuses et lourdes qu'il n'osait les ouvrir.
Mais finalement, deux fentes de lumière devinrent visibles lorsuq'elles s'entrouvrirent. La lumière avait perdu de son intencité. Ce qui lui indiqua qu'il était resté très longtemps ici. Bien trop longtemps.
Il se redressa d'un coup. Sa tête lui faisait si mal qu'elle semblait pulser. Il crut qu'elle s'ouvrait en deux sous les coups d'une arme brûlante. Et la douleur ne semblait pas prête à diminuer.
Il porta une main hésitante à son visage. Il était entièrement douloureux et ignorait où exactement il avait été frappé. Pour plus de précisions, il ne s'en souvenait plus.
La main se retira instantanément, avec autant de violence que s'il s'était brûlé par ce simple contact. Il imaginait déjà les bleus violacés et autres écorchures. Sa mâchoire si fine endomagée. Il avait au moins toutes ses dents, et ne saignait pas du nez. Or il sentait sa lèvre inférieure du côté gauche profondément entaillée et un goût de fer persister sur sa langue. Son visage était enflé. Tellement enflé que son oeil gauche restait mi-clos. Et dur. Et chaud. Et brûlant. Extrêmement brûlant.

En résumé, il se fit une promesse. La prochaine fois, il n'accepterait pas avec autant de facilités les plans de Fenrir.

Les corps inertes étaient toujours là. Il hésita.

Puis...
Il valait mieux feindre la catastrophe. Le départ en catastrophe. Jetant des regards autour de lui,il poussa un hurlement feignant idéalement une terreur sans nom. Des "Oh! Mon Dieu" très malfoyens résonnèrent dans les rues désertes.
Puis le Mangemort fier de sa petite scène transplana pour ensuite entrer en catastrophe dans les locaux du Ministère.

Son visage bouffi, balafré et violacé affichait une expression catastrophée, et son regard une panique étrange venant de tels yeux. Des yeux habituellement si froids. Courrant, affolé, sous les regards interloqués de ses collègues, le jeune directeur à la carrière si prometteuse se trouva face à un supérieur... un peu plus gradé.
Oui, il y'ne avait.
Lucius ne laissa pas à Woles le temps d'ouvrir la bouche. Portant douloureusement une main à son visage, il parvint à dire, plié en deux, entre deux respirations saccadées :


-Une horreur... Monsieur, c'est abominable ! Nous... Mac Gowan, S.... Smith et moi... avons étés attaqués............... (il reprit son soufle) ............... Par Fenrir GREYBACK !

Lucius, pour parfaire son jeu et accentuer le côté dramatique de la scène, fut parcouru de tremblements nerveux. Un lourd silence tomba alentours. Les pas avaient cessé. Les conversations se brisèrent.
Les yeux du vieux Woles s'écarquillèrent tant et si bien qu'ils semblèrent près à jaillir de leurs orbites.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand la blatte blonde croise la bestiole [PV. GreyGrey]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand la blatte blonde croise la bestiole [PV. GreyGrey]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand le bon Samaritain croise la route du démon. [PV Alucard]
» Quand ?méga croise ?eta [Jack/YeSung/Donghae]
» Mon coeur s'enflamme et embrase mon être quand ton regard croise le mien //Rhinoutte//
» [Evènement, Festival de la Fraternité] - La machinerie blonde est en route
» drôle de bestiole

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Errare Humanum Est :: 
-{ Pensine
 :: #. Pensine du Monde Magique :: #. Archives :: {. RPs
-
Sauter vers: