Vous-Savez-Qui est en pleine ascension. Venez revivre la Première guerre !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Double Trouble ; something wicked this way comes (Cara)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Regulus A. Black
Jeune Serviteur au coeur troublé
avatar

Messages : 249
Âge du perso : 19 ans
Localisation : In his head, where nobody can enter.

PENSINE
Profession/Année: Gérant d'un pub.
Relations:
MessageSujet: Double Trouble ; something wicked this way comes (Cara)   Jeu 27 Aoû - 20:29

    Le soir tombait lentement sur la capitale britannique. Regulus avait fermé le pub plus tôt qu’à l’accoutumée, chose qu’il pouvait bien se permettre compte tenu de sa situation financière plus que correcte. Il ne travaillait pas par nécessité… et s’il avait dû travailler, réellement, il aurait aspiré à un métier plus haut placé que simple gérant de pub. Quelque chose au Ministère, par exemple. Non, à sa sortie de Poudlard, s’il avait fait l’acquisition du Repaire, c’était pour… s’émanciper. Quitter, enfin, le cocon familial et entrer dans la vie active. Père n’avait fait aucun commentaire ; il s’était contenté de débourser les Gallions nécessaires. Mère avait trouvé cela tout à fait grotesque. Un Black qui aurait travaillé passait un encore ; un Black qui ouvrait une vulgaire taverne, un repaire à ivrognes et chiens errants… C’était absurde ! Et pourtant, il l’avait fait, et elle avait été forcée d’admettre qu’il savait s’en sortir, seul. Qu’il pouvait, lui aussi, prendre des décisions concernant sa vie qui s’avéraient justes et qui lui profitaient. Elle n’avait plus fait aucun commentaire, mais puisqu’elle consentait à ce que Kreattur lui apportât de l’aide lorsqu’il en avait besoin, elle ne devait plus désapprouver catégoriquement l’idée. Au fond, aux yeux du jeune homme, ça n’avait pas la moindre importance ; il était majeur et pouvait mener sa vie comme il l’entendait, tant qu’il ne déshonorait pas le nom des Black. Et compte tenu des sacrifices qu’il avait consenti à faire jusqu’à présent, on pouvait même dire qu’il ne voulait que le bien de sa famille. La pensée lui arracha un rictus moqueur, alors qu’il pénétrait dans Hyde Park.

    Il avait fait un léger détour avant de rentrer chez lui ; Hyde Park était le parc le plus proche du Square Grimmaurd mais pas exactement sur la route qu’il empruntait lorsqu’il rentrait à pieds. A chacune de ses expirations s’échappait un nuage nacré qui flottait un instant devant lui avant de disparaître ; il remonta un peu plus son écharpe sur son nez pour se protéger du froid. Ses mains étaient enfoncées dans ses poches et, réflexe auquel il ne prêtait même plus attention, ses doigts ne quittaient pas le contact rassurant de sa baguette d’ébène. Les migraines avaient fini par s’estomper, enfin. Il respirait avec plus d’aisance et, a présent que les deux magies semblaient être parvenues à s’accorder, il pouvait ressentir plus clairement les modifications que cela avait entrainé. Sa magie réagissait avec davantage de rapidité, d’avantage de vigueur également. Cela ne le rendait pas plus fort, encore moins invincible, mais ce voyage aux tréfonds de son flux magique l’avait rendu plus… sensible à la manière dont tout ceci fonctionnait. Et avait par là même modifié son approche des sortilèges et de la magie en général. Dans la matinée, il avait lancé un simple Wingardium Leviosa sur une chaise pour la déplacer ; il n’avait pas réfléchi à ce qu’il faisait, ce geste était tellement anodin qu’il n’y prêtait plus la moindre attention, mais la chaise était allée heurter violemment un mur, déviant largement de sa trajectoire. Ahuri, il avait réitéré l’expérience, avec concentration cette fois ; il avait eu l’impression de ne rien faire du tout, et pourtant le sort avait fonctionné comme il l’entendait. Les runes semblaient avoir renforcé sa résistance à la fatigue magique en plus d’avoir fermé son esprit. Cela restait quand même bien mystérieux pour lui ; peut-être la dose de sang de dragon avait elle été trop forte dans l’encre. Tant que cela ne le tuait pas…

    Il repéra un banc libre et s’y installa, dégageant la couche de neige qui y était amassée. Car, oui, il avait neigé quelques jours plus tôt, et la ville était désormais recouverte d’une pellicule blanche qui avait l’air de bien tenir. Le parc se vidait peu à peu ; les moldus rappelaient leurs enfants qui s’en donnaient à cœur joie dans une bataille de boule de neige. Il ne se préoccupa pas plus longtemps d’eux, et déplia la Gazette du Soir qu’il avait emportée avant de sortir. Les nouvelles demeuraient égales à elles-mêmes : évasives. Si le Ministère avait enfin consenti à admettre que Lord Voldemort constituait un réel danger pour la communauté, il restait avare sur les informations communiquées. Une disparition par ci, un décès par là… Mais jamais de noms ; jamais de coupable. Des flocons tombèrent sur la page qu’il lisait ; il recommençait à neiger. Le jeune homme soupira et fouilla dans sa poche pour en ressortir une boite de Suçacides. Il en fourra un dans sa bouche, et frissonna sous le coup de l’acidité qui se répandit sur ses papilles.

    Une petite voix le sortit de ses pensées.

    « Dis, tu m’en donnes ? »

    Il releva les yeux et tomba nez à nez avec une frimousse adorable qui lui faisait un grand sourire. Elle avait un bonnet fermement vissé sur la tête, une écharpe qui ne laissait pas dépasser un centimètre carré de peau, et des gants, le tout assorti dans des tons chauds. Il n’eut aucun mal à la reconnaître et écarquilla les yeux.

    « Keira ?! »
    « B’jour Reg ! »
    « Qu’est ce que tu fais ici ? »
    « Bah. J’me promène, » répondit la petite comme si c’était une évidence.
    « Seule ? » La panique commençait à le gagner. Cara… Non, Keira n’aurait jamais pu échapper à la surveillance de sa mère, c’était impossible. Il s’intima au calme. Il y avait forcément une explication à ceci.
    « Non, maman arrive, mais moi j’ai été plus rapide ! » Elle arbora un grand sourire fier. « J’t’ai reconnu tout de suite, mais maman je crois qu’elle t’a pas encore vu. » Puis, changeant radicalement de sujet, elle lui tendit une petite main gantée, paume levée vers le ciel, et réitéra : « Tu m’en donnes, dis ? »

    Il ne put retenir un rire amusé, et s'écarta pour laisser la petite s'asseoir sur le banc à ses côtés. Puis il piocha un bonbon qu’il plaça dans la main de Keira.

    « Attention, c’est très acide. »

_________________
IT'S GETTING HARD TO JUSTIFY
AND IT WON'T BE LONG 'TIL I COLLIDE
MY WEAKNESSES LAID BARE
AS PEOPLE STOP AND STARE
BUT IT'S THE LAST TIME, I SWEAR

icon (c) ralphy137
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sweetands0ur.livejournal.com/
Cara-Lynn Williamson
Directrice Officieuse du Département des Mystères
avatar

Messages : 116

PENSINE
Profession/Année: Règne en Maître sur les Secrets Magiques
Relations:
MessageSujet: Re: Double Trouble ; something wicked this way comes (Cara)   Sam 29 Aoû - 5:21

- La journée avait été plus courte que d'ordinaire. Depuis le retour de Matthew, Cara passait moins de temps au Ministère et davantage chez elle. Elle espérait sans doute pouvoir ainsi créer un semblant d'atmosphère familiale au sein de son foyer. Sans grand succès, malheureusement.
Son ex-compagnon, bien que remis de son séjour à Azkaban, se montrait toujours distant envers la Directrice et la fillette. Bien qu'elle vit qu'il faisait quelques efforts pour améliorer cette situation, elle devait aussi reconnaître qu'il n'en ressortait pas grand chose. La plupart du temps, il restait enfermé dans sa chambre dont il ne sortait que pour dîner. Keïra refusait catégoriquement que ce soit lui qui la couche, lui serve ses repas ou l'emmène à l'école. C'était Maman ou Nounou Cathy. Et personne d'autre. Cara avait beau essayé de lui expliquer qu'il était son Papa, qu'il allait vivre avec elles désormais et tout le reste, elle n'en démordait pas. Et sa mère ne parvenait pas à comprendre pourquoi, alors qu'elle l'aurait cru heureuse de retrouver ce père qu'elle lui réclamait tant, elle se comportait de cette manière.

Cependant, aujourd'hui, la Jeune Femme avait décidé qu'elle ne baisserait pas les bras et que tout trois sortiraient ensemble. Elle avait tiré Matthew de ses éternelles lectures, habillé Keïra et il s'étaient rendus au Parc. La bambine leur avait échappé juste à l'entrée où elle s'était mise à courir pour rejoindre l'aire de jeu. Ni une, ni deux, Cara fut surprise de voir Matthew s'élancer à sa poursuite quelques secondes plus tard. Il la retrouva donc en compagnie d'un Inconnu.
Fronçant les sourcils, il s'approcha des deux, saisissant - avec une légère brusquerie - la main de sa fille. -



Mon coeur, on t'a déjà dit de ne pas parler aux étrangers.



- Il ne se gêna pas pour toiser Regulus de haut en bas, le regard plein de mépris pour ce qu'il pensait être un jeune pervers.
En le voyant, on comprenait mieux pourquoi la Demoiselle avait pu s'éprendre de lui. Matthew avait un regard bleu océan d'où suintait l'amertume de ses erreurs, de courts cheveux d'un blond doré et la stature d'un viking. Grand, musclé, le teint légèrement halé, on pouvait sans crainte le qualifier de très beau garçon. Et en y regardant de plus près, il était aisé de déceler l'extrême ressemblance entre Keïra et lui. Il n'y avait aucun doute sur leur lien de parenté.

Il voulut entraîner l'enfant plus loin mais celle-ci retira sèchement sa main de la sienne, lui lançant une oeillade dédaigneuse tout en grimaçant légèrement à cause de l'acidité du bonbon offert par Black. -



Je suis pas ton coeur. Et puis, Reg', c'pas un inconnu, d'abord. C'est l'ami spécial de Maman !



- L'Homme tiqua, prêt à répliquer lorsque Cara fit son apparition juste derrière eux. Elle resta figée un instant, observant les trois jeunes gens d'un oeil perplexe. Elle les rejoignit, un sourire contrit ornant son visage de marbre.
Le contraste entre Cara et Matthew était saisissant. Aussi brune qu'il était blond, aussi frêle qu'il avait l'air invincible. L'un à côté de l'autre, ils ressemblaient à s'y méprendre à un de ces couples enviés d'où suintaient la perfection. Pour autant, ce n'était pas ce qui frappait le plus. Ni non plus ses longs cheveux de jais qu'elle avait fait coupé à la naissance de la clavicule, sa chevelure luxuriante troquée pour un carré plongeant. Non, c'était plutôt l'expression douloureuse mêlée à de la joie dans le regard qu'elle portait sur Regulus. Elle semblait à la fois peinée et heureuse de le revoir. -



Reg' ! Je ... Je ne m'attendais vraiment pas à te trouver ici. Je te présente Matthew, mon ... Le père de Keïra. Matthew, voici Regulus Black. Un ami.


- Matthew ne prit même pas la peine de le saluer, ce qui embarrassa la Jeune Femme au plus haut point. Elle trouvait son attitude inexcusable et se fit la promesse de lui en parler dès leur retour à la maison. Mais pour le moment, elle était trop ravie de revoir son Ami pour s'encombrer de ce genre de détails. Depuis ne s'étaient-ils pas vus ? Un mois ? Deux mois ? Il lui sembla que cela faisait des siècles après tous les changements auxquels elle avait du faire face.

Elle s'agenouilla alors devant Keïra, replaçant machinalement le bonnet de la petite fille. -



Et si tu allais montrer le toboggan à Pa... à Matthew ? Je suis sûre qu'il a très envie de voir comment tu glisses bien. Maman va rester un petit peu avec son ami Regulus et elle viendra vous rejoindre plus tard. Tu es d'accord, Matthew ?



- Ce dernier allait répliquer mais Cara lui asséna un regard d'une telle fermeté qu'il ne put qu'acquiescer d'un bref hochement de tête. Elle surprit cependant la forme de ses mâchoires saillantes, serrées par l'agacement. Keïra elle-même fronça du nez à la perspective de rester seule avec Matthew, sans pour autant émettre la moindre réplique. Elle appréciait beaucoup le jeune Black et respectait bien trop sa mère pour se le permettre en cet instant. -


D'ac' Maman ! Allez viens ... toi ! Au revoir Tonton Règ' !


- Elle entraina son père d'une main ferme, celui-ci jetant un dernier regard désapprobateur au " couple " avant de se laisser embarquer par la fillette. -


Je te prie d'excuser le comportement de Matthew. Il a pris l'habitude de ne voir que Keïra et moi depuis sa sortie et il peut parfois se montrer un peu ... Rustre. Tu permets ?


- Elle désigna au Garçon la place libre sur le banc, à côté de lui. Et sans attendre sa permission, elle prit place.

Au diable la sortie en famille ! Après plusieurs semaines à ne faire que travailler et tenter de réchauffer l'atmosphère glaciale qui régnait dans sa demeure, elle avait un besoin viscéral de parler avec quelqu'un qui ne babillait pas entre chaque mots ou qui émettait davantage que quelques grognements. -



Alors dis-moi, comment vas-tu ? Ou plutôt, comment vont-elles ?


- Elle se tordit légèrement le cou pour regarder les runes tatouées sur la nuque de Regulus. Elle connaissait les effets secondaires de ce genre de sortilèges et elle craignait sans doute qu'il en subisse encore les conséquences. -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Regulus A. Black
Jeune Serviteur au coeur troublé
avatar

Messages : 249
Âge du perso : 19 ans
Localisation : In his head, where nobody can enter.

PENSINE
Profession/Année: Gérant d'un pub.
Relations:
MessageSujet: Re: Double Trouble ; something wicked this way comes (Cara)   Dim 30 Aoû - 17:42

    « Mon cœur, on t’a déjà dit de ne pas parler aux étrangers. »

    Voyant la brusquerie avec laquelle l’homme avait saisi la main de Keira, une réplique cinglante vint brûler les lèvres de Regulus. Il la retint cependant de justesse, mesurant enfin l’ampleur de la situation dans laquelle il se trouvait. La fille de Cara assise sur le banc à côté de lui, et… le père de Keira, là, juste devant lui. Le fameux Matthew, fraichement sorti d’Azkaban. Formidable… Serrant les mâchoires, il rendit à celui-ci son regard froid, relevant le menton. Nullement impressionné par la manière dont l’ancien Mangemort le toisait. Il ne put s’empêcher de remarquer non sans surprise que Keira ne lui avait pas dit qu’il serait là. Elle avait dit « Maman arrive », pas « Papa et maman arrivent », ni même « Maman et Matthew ». Comme si elle avait délibérément voulu exclure l’homme de sa vie. D’ailleurs, à en juger par sa réaction, elle ne le portait guère dans son cœur.

    « Je suis pas ton cœur. Et puis, Reg’, c’est pas un inconnu, d’abord. C’est l’ami spécial de maman ! »

    Bien que gêné par ces paroles, qui arrachèrent en plus un tic nerveux à Matthew, Regulus ne put réprimer un sourire presque satisfait en voyant la verve avec laquelle elle venait de le remettre à sa place. Pas de doute, il s’agissait bien de la fille de Cara et, étrangement, il s’en sentit fier. Touché également, parce qu’elle admettait par là même accorder d’avantage d’importance à un homme qu’elle n’avait vu qu’une fois qu’à son propre géniteur. Ça n’allait pas plaire à ce dernier… Heureusement, Cara arriva juste à temps pour couper court à toute discussion. A son approche, Regulus se leva aussitôt et la détailla. Il avait l’impression de ne pas l’avoir vue depuis une éternité… Frappé par les changements opérés chez elle, il demeura un instant muet. La coupe de cheveux, certes, mais également la lueur brisée dans ses yeux. Les choses n’avaient-elles donc pas été si idylliques depuis le retour de Matthew ? Il se promit de le lui demander si l’occasion se présentait.

    « Reg' ! Je ... Je ne m'attendais vraiment pas à te trouver ici. »
    « Eh bien, pour tout te dire… moi non plus, Cara. » Sourire qui vint flotter sur ses lèvres.
    « Je te présente Matthew, mon ... Le père de Keïra. Matthew, voici Regulus Black. Un ami. »

    Ne désirant pas mettre son amie mal à l’aise, Regulus se contenta d’un bref hochement de tête à l’attention de l’homme ; celui-ci l’ignora purement et simplement. Le jeune Black les observa, alors qu’ils se tenaient côte à côte. On ne pouvait nier qu’ils formaient un beau couple, et malgré l’impolitesse dont il pouvait faire preuve, il fallait bien concéder que Matthew était bel homme. Mais, il ne put s’en empêcher, Regulus éprouva de l’aversion à son égard. Malgré l’amour que Cara lui portait – ou lui avait porté avant qu’il soit enfermé -, malgré le fait qu’il soit le père de Keïra, il était simplement désagréable. Jalousie, peut-être. Mais pas que ça. Physiquement, ils étaient peut-être assortis, mais il s’était attendu à… mieux. Mieux pour elle. Il ne fit cependant aucun commentaire et, voyant que la jeune femme était contrariée par l’attitude de Matthew, il lui adressa un regard qui voulait dire « Ne t’en fais pas, ça n’a pas la moindre importance. »

    « Et si tu allais montrer le toboggan à Pa... à Matthew ? Je suis sûre qu'il a très envie de voir comment tu glisses bien. Maman va rester un petit peu avec son ami Regulus et elle viendra vous rejoindre plus tard. Tu es d'accord, Matthew ? »

    Quand bien même il eût été d’un avis différent, le regard qu’elle lui adressa le dissuada de faire le moindre commentaire. Là encore, Regulus ne put réprimer un sourire qu’il tenta cependant d’estomper en se mordant l’intérieur des joues. Ça n’avait pas l’air non plus d’être du goût de la petite fille, mais, fait étonnant, elle ne discuta pas et aida même sa mère à se débarrasser de Matthew pour un moment. Eh bien. L’ambiance chez Cara ne devait pas être des plus agréables… Il en éprouva un pincement au cœur ; elle avait été tellement heureuse à l’idée de revoir Matthew, de pouvoir vivre avec lui. La réalité devait être bien loin de ses espérances.

    « D’ac’, Maman ! Allez viens…toi ! Au revoir Tonton Reg’ ! »
    « Au revoir, Keira ! » Et, après un bref regard vers Matthew : « A bientôt, j’espère. » Il accompagna ces paroles d’un clin d’œil, et laissa la petite entrainer son géniteur vers l’aire de jeu.
    « Je te prie d'excuser le comportement de Matthew. Il a pris l'habitude de ne voir que Keïra et moi depuis sa sortie et il peut parfois se montrer un peu ... Rustre. Tu permets ? »
    « Bien sûr, » répondit-il en reprenant lui aussi place sur le banc. Puis, se tournant vers Cara, il acquiesça lentement : « Je comprends, ne t’en fais pas. Et puis… je ne voudrais pas que tu aies des problèmes par ma faute. Je doute qu’il apprécie que tu fréquentes un… Quelqu’un comme moi. » Mangemort. Le mot rechignait à franchir ses lèvres, encore moins en public.

    Il était véritablement heureux de la revoir, et cela se voyait au sourire qui relevait le coin de ses lèvres alors qu’il l’observait tranquillement. Elle tordit légèrement le cou, cherchant à voir les runes qui marquaient désormais sa peau.

    « Alors dis-moi, comment vas-tu ? Ou plutôt, comment vont-elles ? »
    « Je vais bien… et elles aussi. » Machinalement, il passa une main sur sa nuque. S’il faisait attention, il pouvait sentir les courbes du tatouage ressortir légèrement. « Les effets secondaires se sont enfin estompés, et pour avoir vérifié… mon esprit est désormais ma propriété exclusive. Donc, oui, tout va bien. »

    Il changea de position, laissant un bras courir le long du dossier du banc. Sans toutefois toucher la jeune femme ; avec un ancien prisonnier d’Azkaban dans les parages, il préférait ne pas tenter l’expérience. Finalement, il pencha légèrement la tête sur les côtés, et de fines mèches sombres glissèrent jusque devant son regard gris.

    « Tu as l’air… changée. D’ailleurs, laisse-moi te dire que cette coupe te va très bien. » Sourire, qui s’estompa un peu par la suite. « Comment vont les choses chez toi ? J’ai l’impression que Keïra a un peu de mal à se faire à l’idée d’avoir un père… »

_________________
IT'S GETTING HARD TO JUSTIFY
AND IT WON'T BE LONG 'TIL I COLLIDE
MY WEAKNESSES LAID BARE
AS PEOPLE STOP AND STARE
BUT IT'S THE LAST TIME, I SWEAR

icon (c) ralphy137
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sweetands0ur.livejournal.com/
Cara-Lynn Williamson
Directrice Officieuse du Département des Mystères
avatar

Messages : 116

PENSINE
Profession/Année: Règne en Maître sur les Secrets Magiques
Relations:
MessageSujet: Re: Double Trouble ; something wicked this way comes (Cara)   Lun 31 Aoû - 2:28

- L'attitude de Regulus avait été irréprochable, il fallait le reconnaître. Cette maîtrise permit à Cara de se détendre. Car, même si Matthew, lui, était incapable de garder ses appréhensions pour lui, le Jeune Black, lui, savait se tenir. Elle appréciait cet effort qu'il avait sans doute fait pour lui éviter un quelconque embarras, si bien que, sans trop se poser de questions, elle vint effleurer le tatouage du bout des doigts. Soulagée qu'il se remette sans trop de peine de l'oeuvre de son ami écossais. -


Je suis ravie de l'entendre. Le travail est vraiment excellent. Je n'aurais pas fait mieux.


- Cela pouvait paraître présomptueux de sa part, mais la Demoiselle se savait douée autant en sortilèges qu'en runes et même si elle avait refusé d'effectuer le boulot elle-même, était persuadée qu'elle aurait pu réussir tout aussi bien que le Highlander. C'était surtout la peur le voir souffrir qui l'avait poussé à l'envoyer chez quelqu'un d'autre.

Songeuse, elle laissa son bras retomber sur sa cuisse tandis que ses prunelles allaient et venaient d'un bout à l'autre du Parc. Elle espérait que le tête-à-tête entre Keïra et son père se passait bien. Surement rongé par une jalousie injustifiée, Matthew risquait de se trouver de très mauvaise compagnie. Elle fut cependant attirée par deux réflexions du Mangemort. La première, que son ex-compagnon n'appréciait certainement pas qu'elle se lie avec un partisan de Voldemort. La seconde, qu'enfin, il fut le seul à accéder à son esprit. Cara sourit malgré elle. -



Il est vrai qu'il n'y a rien de plus agréable que de se savoir le seul régent de son psychisme. Le tout est de ne pas pour autant se laisser fermé au monde.


- Elle en savait quelque chose. Sa formation d'occlumens lui avait apporté beaucoup mais aussi pris énormément.
Elle avait parfois le sentiment désagréable que personne ne pouvait comprendre ce qu'elle ressentait. Elle aurait aimé que quelqu'un puisse accéder à ses ressentis, juste une fois. Cela lui permettrait peut-être de se reposer un peu.

Tandis qu'elle lui faisait part de son avis, sa conscience dériva à nouveau sur Matthew. -



En ce qui concerne Matthew, je ne pense pas qu'il ait quelque opinion à avoir mes fréquentations. S'il lui arrivait d'oublier son passé, je ne me garderais pas pour le ramener à nos bons souvenirs.



- Regulus connaissait parfaitement les agissements du Jeune Homme. Car faute d'en avoir discuté avec lui, elle se doutait bien que le Lord avait du le faire à sa place. Après tout, elle l'avait rencontré ...


Elle se remémora le soir où Voldemort était entré dans sa vie. Il l'avait clairement menacé, ainsi que son enfant et ne s'était pas gêné pour mêler également son ancien Partisan à la conversation. La Belle avait tiqué mais avait préféré ne pas s'aventurer sur ce terrain glissant. Un jour, peut-être, raconterait-elle leur entrevue au Jeune Black. Pour l'instant, elle considérait que le moment n'était pas encore venu.

A nouveau, son Ami la tira de sa rêverie en l'interrogeant sur son nouveau ménage, non sans l'avoir complimenté sur sa nouvelle coupe au préalable, ce dont elle le remercia d'un grand sourire. Il était le premier à lui en faire la remarque.


Puis, elle afficha malgré elle une mine résolue. Elle aurait aimé faire illusion sauf que Matthew ne leur avait laissé aucune chance. Elle soupira, enfonçant ses mains gantées de blanc au fond des poches de son épais manteau écarlate.
Après tout, elle lui devait bien la vérité. -


Pour tout te dire, pas très bien. Comme tu l'as si bien vu, Keïra n'accepte pas Matthew.
Elle ne l'a jamais connu et le voit tel un étranger débarqué sans raison dans son existence. J'ai bien essayé de lui faire
comprendre qui il était, mais elle persiste à dire qu'il n'est pas son Papa et ne le sera jamais. Je crois qu'au fond,
elle aurait préféré que ce soit quelqu'un comme toi. De plus ouvert, de plus patient. Elle te réclame souvent, d'ailleurs.



- Elle croisa les jambes. La Jeune Femme portait un jean moulant gris souris et des bottines blanches, défiant toutes les tendances moldues de cet hiver. Il était d'ailleurs aisé de voir que, en plus d'avoir abandonné sa tignasse, elle avait considérablement maigri. Ses cheveux retombèrent sur son visage alors qu'elle enfonçait son nez dans son écharpe. -


De son côté, Matt' non plus n'arrange rien. Il passe ses journées enfermées dans sa chambre et je l'entends souvent sortir le soir sans motifs apparents. Au début, je croyais qu'il retrouvait ses vieux démons et comme me l'avait demandé Dumbledore, je lui ai dit qu'il ne pouvait pas quitté la demeure sans
surveillance. On s'est beaucoup disputé. Alors il filait en douce et rentrait à l'aube. Et puis, un jour, je l'ai suivi,
prête à le refaire enfermer à la moindre incartade. Et là, je l'ai vu. Avec une femme. Il avait du la
rencontrer dans un pub quelconque et s'était entiché d'elle. Comme de moi, à une certaine époque. Je n'ai
pas pu me résoudre à en voir plus. Après tout, ce genre d'histoires ne me concerne pas. Ou tout du moins, ne me
concerne plus.



- Elle avait tout lâché en bloc, achevant sa tirade par un haussement d'épaules.En effet, qui était-elle pour lui reprocher quoi que ce soit ? Il avait été jeté en prison par sa faute et remis en liberté grâce à elle. Malgré toutes les souffrances qu'il avait du endurer durant son séjour à Azkaban, elle considérait que sa dette envers lui était payée. S'il voulait quitter Laburnum Garden pour aller vivre avec sa nouvelle compagne, elle ne l'en empêcherait pas. Tout ce qu'elle voulait, c'était un père pour sa fille. Et la tâche était plus que ardue. -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Regulus A. Black
Jeune Serviteur au coeur troublé
avatar

Messages : 249
Âge du perso : 19 ans
Localisation : In his head, where nobody can enter.

PENSINE
Profession/Année: Gérant d'un pub.
Relations:
MessageSujet: Re: Double Trouble ; something wicked this way comes (Cara)   Lun 31 Aoû - 13:16

    « Je suis ravie de l’entendre. Le travail est vraiment excellent. Je n’aurais pas fait mieux. »
    « Et je ne te remercierai jamais assez pour cela. »

    Il avait frissonné légèrement au contact de la main gantée sur sa nuque. C’était vrai qu’il lui avait demandé à elle de se charger du tatouage au départ ; mais désormais il trouvait que c’était mieux ainsi. Le Lord n’avait que moyennement apprécié l’idée de l’inscription runique tatouée sur la peau ; s’il s’était mis en tête de le faire payer à celui ou celle qui s’en était chargé en plus de le punir, lui… C’était cruel à dire, mais il préférait que ce fût l’Highlander plutôt que Cara. Et puis, en Ecosse, il avait pu garder l’anonymat, ce qui était encore mieux.

    « Il est vrai qu'il n'y a rien de plus agréable que de se savoir le seul régent de son psychisme. Le tout est de ne pas pour autant se laisser fermé au monde. »
    « Au contraire, » commenta-t-il pensivement. « C’est rassurant de savoir qu’on est à même de se protéger, alors, au final… on ose davantage, je crois. »

    C’était ce qu’il s’était passé pour lui. Il dégageait davantage de cette assurance typiquement Black qui avait fini par s’estomper depuis sa sortie de Poudlard. Il ne s’en était pas rendu compte sur le moment, mais le fait de l’avoir retrouvée lui faisait réaliser à quel point il avait pu… changer. En bien ou en mal, il n’aurait su le dire. Il avait perdu certains traits de caractère pour en acquérir d’autres ; quant à savoir si cela faisait de lui quelqu’un de bien ou pas… il n’aurait su le dire, ni ne voulait le savoir. Le tout était de continuer à avancer sans se soucier du qu’en dira-t-on.

    « En ce qui concerne Matthew, je ne pense pas qu'il ait quelque opinion à avoir mes fréquentations. S'il lui arrivait d'oublier son passé, je ne me garderais pas pour le ramener à nos bons souvenirs. »
    Il émit un léger rire. « Je n’en doute pas ! Rien qu’à voir comment Keïra le rabroue… J’en arriverais presque à le plaindre, seul face à deux femmes si déterminées… »

    L’ironie perçait nettement dans sa voix, si bien qu’on ne s’y trompait pas : s’il ne remettait nullement en question les caractères de la mère et de la fille, il ne risquait en revanche pas d’en venir à plaindre Matthew, loin s’en fallait. Au contraire, voir qu’il se faisait mener à la baguette ainsi avait quelque chose de… cruellement satisfaisant, mais il se garderait bien de l’avouer. Et surtout pas à Cara. Il finit par lui demander comment se déroulaient les choses à Laburnum Garden, et elle n’afficha alors que résignation. Il imaginait sans mal la déception qui devait lui étreindre le cœur, espoirs brisés par une réalité qui était toute autre… Les choses n’avaient pas l’air d’être idylliques.

    « Pour tout te dire, pas très bien. Comme tu l'as si bien vu, Keïra n'accepte pas Matthew. Elle ne l'a jamais connu et le voit tel un étranger débarqué sans raison dans son existence. J'ai bien essayé de lui faire comprendre qui il était, mais elle persiste à dire qu'il n'est pas son Papa et ne le sera jamais. Je crois qu'au fond, elle aurait préféré que ce soit quelqu'un comme toi. De plus ouvert, de plus patient. Elle te réclame souvent, d'ailleurs. »
    « Quelqu’un qui n’aurait pas eu à vivre à proximité des Détraqueurs… » ajouta-t-il, plus pour lui-même que pour Cara, comme pour tempérer les défauts de Matthew. « Je comprends ses réticences… Elle avait dû se faire une foule d’idées sur son père, celui qui a su conquérir sa maman, et au final, elle se retrouve coincée avec… » Il hésita. Pouvait-il vraiment faire part de son avis à la jeune femme ? Cela risquerait de la blesser, ou pire, de la mettre en colère. Mais il n’avait pas pour habitude de mâcher ses mots. Et, quelque part, il avait envie de voir jusqu’où il pouvait aller dans la critique de Matthew. Les choses qu’elles ne voudrait pas entendre et celles qu’elle tolèrerait. « Avec quelqu’un qui s’imagine que parce qu’il est son Père, cela lui donne les pleins pouvoirs ; sans comprendre que pour elle, au contraire, c’est un titre qu’il faudrait gagner. » Entendre que la petite le réclamait souvent lui fit plaisir, réellement. Il n’avait pas eu l’occasion de la voir souvent, mais il était vraiment attaché à elle, charmé par sa spontanéité et sa frimousse malicieuse. Et pourtant, avant cela, il n’avait jamais été à l’aise avec les enfants. Avec un sourire, il ajouta : « Tu sais que je l’aime beaucoup également… Mais je crains qu’elle n’ait ruiné ses chances de pouvoir me voir plus souvent ! » Un rire léger ; qui sonnait un peu faux. « Elle m’a présenté comme étant ton ami spécial. Et vu la tête de son père, je crois qu’il n’a pas apprécié le surnom. »

    Alors que Cara reprenait la parole, évoquant désormais Matthew, il remonta son écharpe sur son nez pour se protéger du froid. Il faisait de plus en plus sombre sur le parc, mais des réverbères s’allumèrent soudainement pour procurer un peu de lumière aux derniers londoniens qui s’y promenaient. En entendant qu’elle avait surpris Matthew avec une autre femme, les prunelles grises du jeune homme se chargèrent de colère. Révolte sourde. Il détourna un instant le regard, vers l’aire de jeu. Elle prétendait que cela ne l’affectait pas, mais était-ce la vérité ? Si cela n’avait effectivement plus d’importance, il en était heureux pour elle ; un tel Troll des montagnes ne méritait pas qu’elle souffre de son fait. Mais dans ce cas… cette mascarade avait-elle toujours lieu d’être ? Keïra ne l’appréciait pas ; Matthew se montrait rustre. Cara s’efforçait de les rapprocher, sans grand succès visiblement. Regulus ne voyait pas vraiment comment les choses pourraient s’arranger ; et il avait également constaté que son amie avait perdu du poids. Il ne voulait pas la voir dépérir à cause de ça. Doucement, il posa une main sur son bras et chercha son regard. Cherchant soigneusement ses mots, il finit par dire :

    « Je comprends que tu veuilles que Keïra connaisse son père, et c’est bien normal. Peut-être plus tard se rendra-t-elle compte de l’importance que cela a, mais... Les gens changent. Les sentiments, aussi. Je me mêle certainement de ce qui ne me regarde pas, mais peut-être vaudrait-il mieux… tourner la page. Laisser aller. Si vous continuez à forcer les choses, lui et toi ne cesserez pas de vous disputer ; et Keïra prendra toujours ton parti, ce qui arrangera encore moins la situation. » Il soupira ; pressa un peu plus le bras de son amie. « Je suis désolé que les choses ne se passent pas comme tu l’aurais voulu, sincèrement. Je n’oublie pas à quel point tu étais heureuse de m’annoncer sa libération. »

_________________
IT'S GETTING HARD TO JUSTIFY
AND IT WON'T BE LONG 'TIL I COLLIDE
MY WEAKNESSES LAID BARE
AS PEOPLE STOP AND STARE
BUT IT'S THE LAST TIME, I SWEAR

icon (c) ralphy137
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sweetands0ur.livejournal.com/
Cara-Lynn Williamson
Directrice Officieuse du Département des Mystères
avatar

Messages : 116

PENSINE
Profession/Année: Règne en Maître sur les Secrets Magiques
Relations:
MessageSujet: Re: Double Trouble ; something wicked this way comes (Cara)   Dim 27 Sep - 5:57

- Regulus était en droit de ne pas la croire, lorsqu'elle disait rester indifférente aux frasques de Matthew. Après tout, avant son incarcération, ils avaient tout de même vécu une belle histoire d'amour de deux ans. Et si la Belle avait choisi de garder l'enfant qu'elle portait, malgré l'absence de son géniteur, c'était bien qu'il y avait une raison. Cependant, le fait était là : elle ne ressentait absolument plus rien pour l'ancien Mangemort.
Aussi se dit-elle qu'il était temps pour elle de s'ouvrir davantage au Jeune Black. Loin de ses accès d'hystérie, à mille lieux des larmes douloureuses qui venaient manger ses joues et exacerber ses discours imbéciles. Oui, venait enfin le moment de lui dire toute la vérité, bien consciente qu'il peinait à la croire.


Elle se cala un peu plus contre le dossier du banc. La nuit tombait, rosissant le ciel légèrement brumeux d'un beau jour d'hiver. Puis, bientôt, la lumière des lampadaires vint remplacer celle plus crue du soleil, créant une atmosphère plus feutrée entre les deux jeunes gens. Cara se surprit à apprécier le contact de Regulus. La chaleur qui se dégageait de sa main emmitouflée sembla distraire le froid qui glaçait ses os. Enfin, lentement, elle tourna un regard brillant vers lui. Brievement. Avant de retourner à la contemplation des bordures fleuries du Parc. Quelques plantes résistaient aux lois sévères de Dame Nature en continuant de vivre malgré la rudesse du climat. La Jeune Femme se surprit à les admirer pour tant de passion. Faisait-elle partie de ces plantes, elle aussi ? Celles qui, malgré les saisons, les épreuves, restaient toujours debout, espérant les rayons vigoureux qui viendraient bientôt les récompenser d'avoir attendu si longtemps sans faiblir ? Ou était-elle plutôt de cette flore à l'esthétique parfaite qui ne durait qu'un temps bien défini, disparaissant dès les premières baisses de température ? Elle soupira longuement, incapable de répondre à ce questionnement intérieure.

Elle ne put s'empêcher de méditer les paroles de son Ami. Oui, Cara voulait un père pour son enfant. Oui, elle aurait voulu un homme à ses côtés pour l'accompagner dans son existence. Mais pas à n'importe quel prix. -



Tu sais, Règ' ... - Commença-t-elle d'une voix à peine audible qui allait s'affirmer au fil des mots. - ... J'ai aimé Matthew. Plus que tout. A une certaine époque, peut-être même plus que Peter. J'aurais tout donné pour lui. Quand je l'ai attrapé, lors de l'attaque des Mangemorts il y a deux ans, c'est à sa demande à lui que je ne l'ai pas fait libérer. Il était bien plus altruiste, bien plus passionné, qu'il ne l'est maintenant. Il n'a plus rien à voir avec l'homme que j'ai connu. Cet homme-là était prêt à tout pour nous protéger, moi et l'enfant que je portais. Mais depuis qu'il est rentré, il ... A changé. Son regard est vide. On dirait qu'il ne ressent plus rien. Pour qui que ce soit. Tout le laisse indifférent. Alors comment voudrais-tu que je puisse encore avoir des sentiments pour cet homme-là ?


- Le sujet était délicat, les mots peinaient à franchir ses lèvres. Elle faillit renoncer à continuer son récit tant il lui était difficile de mettre de l'ordre dans ses idées. Elle inspira à nouveau, tentant de retrouver l'air qui lui manquait cruellement. Elle retira ses gants. A présent, l'émotion lui donnait chaud. -


Pourtant, je ne peux pas lui reprocher ces changements. Qui serais-je pour le faire ? Lorsque nous nous sommes rencontrés, j'avais à peine dix-huit ans et je croyais que l'autorité était faite pour être bafouée. Même au Collège, j'étais une Serpentard un peu particulière. J'aimais cet univers d'animosité qui s'était créé tout au long des siècles et alimentait la personnalité des élèves, même les moins obtus. Pourtant, je n'aspirais qu'à en sortir une fois ma scolarité terminée. J'ai donc eu une période de rebellion où je connaissais bien mieux les différentes marques de whisky que les articles du Code Magique. C'est cette Cara-Lynn là dont Matthew était tombé amoureux. La dispersée, la vive d'esprit qui démarrait au quart de tour. Et que retrouve-t-il en sortant ? Une femme tirée à quatre épingles, rigide, revêche. Glaciale même. Cela nous a fait comprendre à tous deux à quel point les choses avaient changé. Que chacun avait revisité ses priorités et donc, que nos chemins s'étaient séparés.


- Sa vue se brouilla momentanément, plus par nostalgie que par tristesse. Elle se demandait où avait bien pu passer cette Jeune Fille joviale qu'elle avait été pendant ce court laps de temps. Comment, alors qu'elle ne laissait pratiquement personne l'approcher de trop près, on avait pu lui retirer cette délicieuse liberté d'être, sans même qu'elle s'en rende compte.

Elle vint prendre la main du Jeune Black, entrelaçant leurs doigts alors qu'elle fixait toujours le lointain. En cet instant, la Demoiselle avait besoin de ce soutiens physique. Et elle connaissait suffisamment Regulus pour se douter qu'il ne se braquerait pas à l'esquisse de ce geste soudain. -



Voilà pourquoi à présent, je peux dire sans craintes que tout est terminé entre lui et moi. Nous avons d'ailleurs eu une petite discussion à ce sujet ce matin et ... Je pense le confier à la surveillance d'un Auror. Il sera certainement plus qualifié que moi. Ainsi que bien plus objectif à son sujet. Ce que je ne veux pas, en revanche, c'est priver ma fille de la présence de ce père qu'elle m'a tant réclamé. J'aurais peur qu'elle ... Ne m'en veuille. Par la suite.


- Cara avait appris beaucoup de choses ce dernier mois. Certainement bien plus que dans toute son existence jusqu'à présent. La mort de Peter, l'ascension soudaine du Lord, le retour de Matthew ... Autant d'événements qui l'avait fait réfléchir à sa condition et même remettre en question sa propre façon d'être. -


Ces derniers temps, j'ai réalisé que je tenais à un objectif qui n'était pas le bon. Je voulais tant combler le vide que Matt' avait laissé en moi, que je m'enfermais dans ma solitude, en espérant que quelqu'un viendrait m'en sortir. Mais j'avais tort ... Ce n'était pas sa faute. Ni même de cet homme inconnu qui n'était jamais venu me libérer de mes tourments. C'était la mienne, tout simplement. J'aurais du me faire davantage confiance. Et je crois que maintenant, c'est le cas.


- Elle se tut. Le silence remplaça son timbre doux et calme. Elle avait tout dit.
Elle tourna son minois vers le Garçon, lui adressant un sourire reconnaissant. A la fois pour sa présence et pour son oreille attentive. Tout en réalisant la chance qu'elle avait de le compter parmi ses proches.

Soucieuse d'alléger l'atmosphère, elle retira enfin ses doigts de leur étreinte, entamant un nouveau sujet. Plus léger cette fois. -



Que voulais-tu dire tout à l'heure par : " elle m'a présenté comme ton ami spécial " ? Si c'est ce que je crois, je crois qu'il serait temps que je l'informe sur la véritable nature de notre relation avant qu'elle ne se fasse de fausses idées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Double Trouble ; something wicked this way comes (Cara)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Double Trouble ; something wicked this way comes (Cara)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» S. EDWIGE ? LMS. DOUBLE TROUBLE.
» Le ministre Genéus rentre dans le débat sur la double nationalité.
» LA COMMISSION SUR LA DOUBLE NATIONALITE MIEUX EFFECTIVE QUE CELLE DE L'ARMEE !
» Double nationalité: Une promesse dans le vent ?
» Haiti- Parlement: Double nationalité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Errare Humanum Est :: 
-{ LONDRES :: Une ville moldue tellement magique
 :: #.Côté Moldu :: [ Parcs ]
-
Sauter vers: