Vous-Savez-Qui est en pleine ascension. Venez revivre la Première guerre !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Par une journée plutôt banale {Regulus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rowena S. Melington
Fan du Phénix ; douce médicomage
avatar

Messages : 126

PENSINE
Profession/Année: Médicomage/Ordre du Phoenix
Relations:
MessageSujet: Par une journée plutôt banale {Regulus   Mer 26 Aoû - 21:18


    Il était encore très tôt lorsque Rowena s'était levée. C'était devenu son quotidien maintenant depuis trois mois. Le quotidien des femmes qui avaient la maladie des neuf mois : Les nausées. Le cauchemar vivant de toutes les femmes enceintes, et Rowena n'échappait pas à la règles, elle avait des nausées par dessus la tête et surtout le matin ce qui la rendait d'une humeur massacrante. Heureusement qu'elle était célibataire. Carlyn l'avait "rassurée" en lui disant que les nausées ne duraient que jusqu'à quatre-cinq mois avant de passer, Rowena rêvait donc d'en être à son cinquième mois.

    Après être passée par la case "Salle de bain", la jeune femme alla préparer à manger pour Mars, son hien loup, et Monde son chaton, mais dès qu'elle senti la nourriture, une nausée violente la reprit. Elle se dépêcha de finir avant de s'éloigner en vitesse de la cuisine. Un hibou frappa à son carreau et elle alla lui ouvrir avant de prendre le journal et de payer l'animal qui reparti. Rowena alla s'assoir dans un fauteuil pour lire La Gazette du Sorcier, mais la Une ne l'enchanta guère. Partout on ne parlait que de la guerre, de meurtres, de kiddnappings et autres choses de ce genre. Mais dans quelle époque est-ce qu'ils vivaient ? Rowena caressa son ventre encore plat.

    «Dans quel monde je vais te faire naître mon ange ? » soupira t-elle.

    Dégoutée, la belle blonde se leva et alla passer un jogging noir, un débardeur bleu ciel, une veste noire par dessus et des tennis. Elle attacha ses cheveux blonds avec un élastique et sorti de la maison suivit de Mars et Monde. Elle se dirigea ensuite vers le pré près de chez elle suivit de ses compagnons à quatre pattes. Une magnifique jument blanche tachetée de marron clair était en train d'y brouter.

    «Taïga, viens ma belle !! » appela t-elle.

    La jument releva la tête et s'approcha en trottant de sa maîtresse. Mars et Monde passèrent la barrière et allèrent jouer avec l'équidé sous le regard attendri de Rowena. Elle n'avait jamais compris pourquoi mais les trois animaux s'entendaient hyper bien. Vers sept heures quarante-cinq, elle rentra et alla se changer. Elle passa un tailleur bleu ciel avec une chemise blanche, détacha ses cheveux blonds et bouclés qui retombèrent en cascade, attrapa son sac et sorti de chez elle. Elle ferma la porte, et après avoir vérifié qu'il n'y avait personne, elle transplana jusque dans le Hall de Ste Mangouste. Elle alla passer sa blouse de Médicomage avant de se rendre au secretariat pour prendre les dossiers de ses patients d'aujourd'hui.

    A dix heures, elle commença à avoir faim, ses nausées étaient passées et si elle ne voulait pas tomber dans les pommes, il allait falloir qu'elle mange en vitesse. Prenant sa pose la jeune femme raccompagna son patient jusque dans le Hall en lui promettant qu'il pouvait revenir la voir quand il voulait mais qu'il ne devait pas s'inquiéter parceque ce n'était qu'un malheureux rhume et rien d'autre. Un peu desesperée, la belle tourna les talons pour se retrouver face a quelqu'un; Elle sursauta un peu et se recula avant de reconnaitre Regulus Black, un jeune homme qu'elle avait soigné peu de temps auparavant. Elle eu un léger sourire empli de douceur comme à son habitude.

    «Oh ! Bonjour ! Je peux faire quelque chose pour toi Regulus ? » demanda t-elle.

    Ils n'avaient pourtant aucun rendez-vous de prévu ensembles. Peut-être qu'il venait juste voir quelqu'un. Son regard bleu rencontra celui, gris du jeune homme. Il était juste un peu plus jeune qu'elle et ils ne se connaissaient pas bien mais elle pouvait très bien le reçevoir maintenant. Sauf qu'il fallait qu'elle mange. Et en vitesse. Elle sourit au jeune homme en attendant sa réponse.


_________________

"Ne vous fiez jamais aux apparences,
Elles sont souvent trompeuses ... "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Regulus A. Black
Jeune Serviteur au coeur troublé
avatar

Messages : 249
Âge du perso : 19 ans
Localisation : In his head, where nobody can enter.

PENSINE
Profession/Année: Gérant d'un pub.
Relations:
MessageSujet: Re: Par une journée plutôt banale {Regulus   Jeu 27 Aoû - 14:09


    Pour ce qui était des migraines et des nausées, et bien… Regulus n’était pas en reste, loin de là. Non, rassurez-vous, il n’était pas enceinte ; seulement, le tatouage fraichement apposé sur sa nuque s’accompagnait d’effets secondaires pour le moins… désagréables. Du temps, il avait seulement besoin de temps pour que cela passe, il le savait. Mais le temps était un luxe qu’il ne pouvait guère se permettre… aussi bien en ce qui concernait la gestion de son pub que ses activités dans les rangs du Lord. Sans compter les recherches qu’il effectuait à côté… Les nausées, il pouvait s’en accommoder. Les vertiges également, tant qu’il demeurait assis. Kreattur venait d’ailleurs l’aider au Repère ces derniers temps, ce qui allégeait considérablement sa tâche. Non, le plus difficile à supporter étaient les migraines, qui l’empêchaient de se concentrer sur ses lectures. De se concentrer tout court, d’ailleurs. Elles étaient certes moins vives qu’au début, mais c’était une douleur latente, permanente. Une pression constante au niveau de ses tempes, derrière ses yeux, à la base de son crâne, qui ne le quittait réellement que lorsqu’il était dans le noir, dans le silence absolu de sa chambre du Square Grimmaurd. C’était… usant, vraiment.

    « Kreattur, » lâcha-t-il à l’adresse de son elfe, « Je ferme le pub pour une heure. Finis de nettoyer, puis rentre à la maison. Je te rappellerai si j’ai encore besoin de toi. »
    « Très bien, Maître Regulus, » répondit l’elfe en s’inclinant très bas.

    L’atmosphère étouffante du pub n’aidait en rien à son état, il le savait. Il sortit sur le Chemin de Traverse, verrouillant la porte derrière lui, et entreprit de remonter jusqu’au Chaudron Baveur. L’air frais de janvier lui rougissait les joues, mordant sa peau pâle, mais lui faisait néanmoins du bien. Il respirait, c’était déjà ça. Il y avait du monde sur le Chemin, mais pas autant qu’à l’accoutumée. Depuis l’attaque du 31 – il eut un tic nerveux à cette pensée – les sorciers rechignaient à sortir, et lorsqu’ils y étaient forcés, ils prenaient soin de ne pas s’attarder plus que nécessaire hors de leur demeure. La fréquentation du pub de Regulus n’en pâtissait pas réellement ; la plupart de sa clientèle faisait partie des partisans du Lord et s’estimait donc en sécurité. Il avait perdu quelques bons clients, mais… ainsi allait la vie.

    A peine eût-il pénétré dans le Chaudron Baveur que Tom fut sur lui.

    « Ah, Monsieur Regulus, bien, bien… Puis-je vous offrir un verre ? Hydromel peut-être, je sais que vous aimez ça… »

    Ce faisant, il avait pris le bras de Regulus comme pour l’emmener vers une table libre. Le jeune Black se dégagea aussitôt ; sans douceur. Une expression hautaine sur ses traits juvéniles. Il détestait qu’on le touche, qu’on se montre familier avec lui. Il releva le menton pour regarder autour de lui. Evidemment, pas étonnant qu’il lui ait littéralement sauté dessus, il n’y avait presque personne. Il posa sur le barman un regard désintéressé, avant de secouer la tête, se dirigeant vers la sortie côté Londres moldus.

    « Je n’ai pas le temps aujourd’hui, Tom. »
    « Oh, très bien, très bien, je comprends… » L’homme était courbé en deux, comme ployant sous le poids de son propre zèle. Visiblement déçu de perdre un client. « Plus tard, peut-être… »
    « Oui, peut-être, » rétorqua le brun, mais au ton employé, on percevait nettement que sa décision était déjà prise.
    « Bonne journée, Monsieur Black… »
    « Bonne journée. »

    De nouveau, l’air froid. La foule était plus dense, plus compacte. Il aurait pu transplaner, mais il avait envie de marcher ; cela lui faisait du bien et apaisait son mal-être. Vêtu d’un long manteau noir, il enfonça ses mains dans ses poches. Les doigts de sa main gauche se refermèrent sur sa baguette, prêt à la sortir au moindre problème. Encore que. Au beau milieu d’une foule de moldus aveugles et stupides, il ne risquait pas grand chose. Mais on n’était jamais trop prudent ; stupide rimait souvent avec imprévisible. Sainte Mangouste n’était qu’à quelques rues de là ; il avançait sans prêter la plus petite attention aux moldus autour de lui. Ils n’existaient pas à ses yeux, créatures ternes et faibles. Dénuées de culture et d’intérêt. Un groupe de filles gloussa sur son passage ; un sourire froid vint étirer ses lèvres. Idiotes qui ne réfléchissaient qu’avec leurs hormones… En un sens assez semblables à certaines sorcières, sur ce point là. Bientôt, il repéra l’entrée de Sainte Mangouste. Encore une preuve que les moldus étaient stupides… Les sorciers n’avaient aucun mal à se fondre parmi eux, ils ne voyaient rien. Absolument rien.

    Il se retrouva dans le Hall de l’Hôpital, lâchant un soupir las. Ça ne l’enchantait pas d’être ici… mais il lui fallait une ordonnance pour que l’apothicaire accepte de lui fournir de la potion anti-migraine. Et l’ordonnance, il ne pourrait l’avoir que d’un médecin, malheureusement. Il se trouvait derrière une jeune femme qui se retourna sans crier gare, et il se retrouva nez à nez avec Miss Melington. Il arqua un sourcil, surpris, mais ne put retenir un léger sourire. Bien. Vu qu’elle avait l’air toujours prête à aider… cela simplifierait peut-être les choses.

    « Oh ! Bonjour ! Je peux faire quelque chose pour toi, Regulus ? »

    Il détestait la facilité avec laquelle les gens pleins de bons sentiments en venaient à se montrer familiers avec les inconnus. Ou presque inconnus. D’accord, elle l’avait soigné une fois… Mais le tutoiement, il aurait pu s’en passer ; on ne l’avait simplement pas éduqué ainsi. Bah. Tant pis ; ça n’était l’affaire que de quelques minutes si tout se passait bien.

    « Bonjour, Miss Melington, » répondit-il poliment. Il regarda autour d’eux, puis reporta son attention sur la demoiselle. « Eh bien, en fait… oui, peut-être. Enfin, je ne voudrais pas vous déranger, bien sûr… » Il l’interrogea du regard avant de continuer, passant une main dans ses mèches brunes : « J’aurais besoin d’une ordonnance. J’ai… des migraines. »

    Il s’écarta pour laisser passer un groupe de guérisseurs en pleine discussion, et prit enfin le temps de détailler la sorcière. Il plissa légèrement les yeux, penchant la tête sur le côté. Comme un enfant qui se poserait une question de la plus haute importance.

    « Vous allez-bien ? » s’enquit-il. « Vous avez l’air… pâle. »



_________________
IT'S GETTING HARD TO JUSTIFY
AND IT WON'T BE LONG 'TIL I COLLIDE
MY WEAKNESSES LAID BARE
AS PEOPLE STOP AND STARE
BUT IT'S THE LAST TIME, I SWEAR

icon (c) ralphy137
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sweetands0ur.livejournal.com/
Rowena S. Melington
Fan du Phénix ; douce médicomage
avatar

Messages : 126

PENSINE
Profession/Année: Médicomage/Ordre du Phoenix
Relations:
MessageSujet: Re: Par une journée plutôt banale {Regulus   Jeu 27 Aoû - 14:52


    Miss Melington. Ça faisait longtemps qu'on ne l'avait plus appelée comme ça ou bien qu'on la vouvoyais. Généralement les gens utilisaient son prénom et la tutoyais. Melington. Le nom de son mangemort de père. Mais le fait que Regulus la vouvoie lui remis les pieds sur terre. Elle avait eu l'habitude d'être avec des enfants ou des personnes connues ces derniers temps, elle ne c'était donc pas encombrée du "Vous" de politesse mais il était vrai que Regulus Black n'était pas un ami et encore moins un enfant mais son patient. La jeune femme l'écouta. Une ordonnance pour des migraines ? Oh c'était tout à fait faisable. Reprenant alors l'usage du "vous" elle acquiesca. Elle savait que Regulus et elle avaient été élevés de la même façon, tout deux nés de sangs-purs, ils avaient très jeunes, appris la politesse, le respect, la droiture et la noblesse qui siégeaient à ceux "de leur rang". Ils n'avaient simplement pas suivis la même voie puisque Rowena c'était séparée dès qu'elle l'avait pu, de son père et n'avait plus aucun contact avec lui.

    «Vous ne me dérangez pas, c'est mon travail de soigner les gens, venez je vais vous faire votre ordonnance ... » fit elle avec douceur.

    Elle allait s'avancer lorsqu'elle eu un léger vertige. Par Merlin, il allait vraiment falloir qu'elle mange quelque chose. Dans un geste familier, elle posa la main sur son ventre avant de se reprendre mais pas assez vite cependant puisque le jeune Black avait décelé quelque chose. Il lui demanda si elle allait bien. Elle avait l'air ... pâle. Aïe, non ça n'allait pas très bien mais elle n'allait pas non plus lui dire, elle était Médicomage, pas malade. Elle sourit faiblement.

    «Oui tout va bien, il va juste falloir que j'aille manger quelque chose. Je peux vous offrir un café le temps que je fasse votre ordonnance ? » demanda t-elle poliment.

    Après tout, elle pouvait faire d'une pierre deux coup, manger et faire une ordonnance. D'ailleurs concernant ces migraines il allait falloir qu'elle se renseigne pour voir s'il n'avait pas d'autre symptômes que les maux de tête. Elle songea que, pour qu'il soit venu ici, elles devaient être sacrément puissantes ces migraines. Ils avancèrent dans les couloirs blancs de l'hopital Ste Mangouste, croisant de temps à autres, des Medicomages, des Infirmages et des patients. Rowena décida de reprendre la parole.

    «Ces maux de tête, sont-il très violents ? Est-ce que vous avez d'autre symptômes ou juste des migraines ? » demanda la jeune femme, retrouvant son allure de Médicomage et non de jeune femme "normale".

    Après tout, c'était son travail de soigner des gens. Pendant qu'ils marchaient, la demi-vélane jeta un oeil à l'un de ses dossiers pour se renseigner sur quelque chose avant de reporter son attention sur Regulus. Le jeune homme avait l'air de souffrir de ses maux de tête, il avait l'air fatigué aussi mais par ces temps de guerre, ça ne l'étonnait guère. Évidemment, elle ignorait dans quel camp il était et il ignorait qui elle était réellement mais elle s'en fichait un peu, c'était son patient et elle le soignerait même si - elle eu du mal à se faire a cette pensée mais bon - il s'agissait d'un mangemort. Après tout, même avec toutes les horreurs qu'ils commettaient ils restaient humains. En quelques sortes.

    HJ: Désolée, pas aussi long que toi


_________________

"Ne vous fiez jamais aux apparences,
Elles sont souvent trompeuses ... "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Regulus A. Black
Jeune Serviteur au coeur troublé
avatar

Messages : 249
Âge du perso : 19 ans
Localisation : In his head, where nobody can enter.

PENSINE
Profession/Année: Gérant d'un pub.
Relations:
MessageSujet: Re: Par une journée plutôt banale {Regulus   Jeu 27 Aoû - 15:36

    « Vous ne me dérangez pas, c'est mon travail de soigner les gens, venez je vais vous faire votre ordonnance ... »

    Il remarqua qu’elle était repassée au vouvoiement et réprima un sourire. Avait-elle été piquée au vif par la distance qu’il instaurait volontairement entre eux ? Peut-être… A vrai dire, cela n’avait guère d’importance. Melington… il y avait un Mangemort qui s’appelait ainsi ; sang pur. Elle avait l’air trop… gentille pour être la fille de l’homme qu’il connaissait seulement de réputation, mais après tout, tout était possible. Ses parents à lui avaient bien engendré un rebelle pure souche, passionné par la culture moldue. Tout était possible… et tout était totalement aléatoire, surtout. Il chassa bien vite Sirius de ses pensées lorsqu’il vit que la jeune femme ne se sentait pas très bien. Non sans surprise, il la vit poser brièvement la main sur son ventre mais ne fit aucun commentaire là-dessus. Cela ne le concernait pas, bien que sa curiosité fût piquée à vif. Enceinte ? Elle avait l’air très jeune, pourtant.

    « Oui tout va bien, il va juste falloir que j’aille manger quelque chose. Je peux vous offrir un café le temps que je fasse votre ordonnance ? »
    « Volontiers. » La caféine le réveillerait ; et ferait peut-être passer cet état comateux dans lequel le plongeaient ses maux de tête. Peut-être.

    Ils prirent ensuite le chemin de son bureau, et il espérait secrètement que sa présence ici ne s’éterniserait pas. Comme beaucoup, il détestait les hôpitaux… l’odeur aseptisée, les malades… la mort présente un peu partout. Il serra les lèvres et s’arrêta un instant pour ôter son manteau ; il faisait chaud ici. Il portait une chemise d’un vert émeraude très sombre, et il en desserra un peu le col tandis qu’ils continuaient d’avancer. Il espérait également ne pas croiser quelqu’un de sa connaissance par ici. Rogue, par exemple, venait parfois ici en stage. Ou Evans. Ou… Andromeda, peut-être. Il fut sortit de ses pensées par la Médicomage, qui reprit la parole.

    « C’est maux de tête, sont-ils très violents ? Est-ce que vous avez des symptômes, ou juste des migraines ? »

    Il réprima une grimace à ces questions. Une ordonnance. Il voulait juste une ordonnance… Mais, il le savait, elle ne faisait là que son travail. Cela ne l’arrangeait pas, pas du tout même, mais ça n’était pas la faute de la jeune femme. Pourtant, il n’avait aucunement l’intention de lui expliquer son état dans les moindres détails ; et encore moins lui parler du tatouage sur sa nuque. Elle se poserait des questions. Elle irait peut-être même en parler à des collègues. Et cela, c’était un risque qu’il ne voulait pas courir, pas du tout. Il réfléchit quelques instants, faisant le tri entre ce qu’il pouvait et ne pouvait pas lui dire. Il fallait quand même la mettre au courant pour les autres symptômes, on ne savait jamais. Des fois qu’elle ait quelque chose contre ça également.

    « Ça dépend, » commença-t-il à répondre. « Généralement, la douleur n’est pas très forte, bien qu’omniprésente. Ça s’intensifie quand je lance trop de sortilèges. » Il fit une pause, serrant brièvement les mâchoires. Puis finit par avouer, à contrecœur, se massant légèrement la nuque : « Il n’y a pas que les migraines. Vertiges et nausées également. Fatigue. Mais je sais à quoi tous ces symptômes sont dus, » ajouta-t-il avec fermeté. « Il me faut simplement de quoi les rendre plus supportables, et ils finiront par disparaître d’eux-mêmes. »

    Il n’avait pas envie qu’elle pose de questions. Qu’elle se contente de lui prescrire des potions, et qu’il puisse en rester là… Il fouilla dans la poche de son manteau et en ressortit sa baguette, qu’il glissa cette fois-ci dans un étui fixé à la boucle de sa ceinture. Toujours avoir sa baguette à portée de main. Celle-ci était finement ouvragée, taillée dans l’ébène et renfermant une plume de Jobarbille. Le manche avait été gravé de deux serpents entrelacés qui ne laissaient nul doute quant à la maison à laquelle avait appartenu son propriétaire.

_________________
IT'S GETTING HARD TO JUSTIFY
AND IT WON'T BE LONG 'TIL I COLLIDE
MY WEAKNESSES LAID BARE
AS PEOPLE STOP AND STARE
BUT IT'S THE LAST TIME, I SWEAR

icon (c) ralphy137


Dernière édition par Regulus A. Black le Jeu 27 Aoû - 19:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sweetands0ur.livejournal.com/
Rowena S. Melington
Fan du Phénix ; douce médicomage
avatar

Messages : 126

PENSINE
Profession/Année: Médicomage/Ordre du Phoenix
Relations:
MessageSujet: Re: Par une journée plutôt banale {Regulus   Jeu 27 Aoû - 16:10


    Alors que Rowena et Regulus marchait dans les couloirs, la jeune femme se demandait si Regulus, étant un Black, connaissait son père. Son père ... Il y avait si longtemps qu'elle ne l'avait pas vu, si longtemps qu'elle le detestait profondément. Jake Melington, mangemort et sang-pur, avait assassiné sa femme, la mère de Rowena, alors que celle ci tentait de sauver son bébé, et avait élevé Rowena dans l'esprit qu'elle devait suivre les pas de son père, qu'elle devait porter le nom des Melington avec fiérté mais Rowena ne voyait pas en quoi elle devait porter son nom avec fiérté au contraire, elle detestait tout ce qui se rapprochait de près ou de loin de son père, il lui avait fait tellement de mal, il avait détruit son enfance, il avait détruit tout ceux et celles qui lui avait donné ne serais-ce qu'un peu d'amour et de tendresse sauf qu'il n'avait pas réussit à briser totalement la jeune femme qui se portait bien mieux sans lui.

    Tout en marchant dans les couloirs, la Médicomage reflechissait à beaucoup de choses. Que dirais son père s'il apprenait qu'elle était enceinte ? Il serait furieux sûrement, mais que ferait-il ? Essayerait-il quelque chose contre elle ou son bébé ? Tellement de questions qui restaient pour le moment sans réponses et Rowena detestait ça. M'enfin, elle n'avait pas vraiment le choix, elle ne contrôlait pas l'avenir, sinon elle aurait déja fait cesser la guerre. A coté d'elle, Regulus enleva son manteau et releva lesmanches de sa chemise émeraude. Il était vrai qu'il faisait chaud ici. Rowena demanda alors au jeune homme si ses migraines étaient violentes et si il avait d'autre symptômes. A ce moment là, ils arrivèrent devant la porte de son bureau. Elle l'ouvrit et laissa passer Regulus avant de fermer la porte et de l'inviter à s'assoir dans un des fauteuils qui faisait face derrière son bureau. C'était une pièce plutôt moyenne, blanche, avec une fenêtre qui donnait sur la cour de l'hopital et qui illuminait le bureau. Se trouvait appuyé contre le mur, une petite bibliothèque en bois et une armoire en fer. Le bureau, en bois d'ébène, était ... rangé. Rowena se dirigea vers une petite commode qui se trouvait sur le coté droit face à la bibliothèque. Se trouvait un plateau avec deux tasses, du café chaud et des viennoiseries. Apparemment, les elfes de Ste Mangouste avaient devinés qu'elle aurait faim, à moins que ce ne soit Maggie qui soit passé par là ?

    En souriant, Rowena servit le café et tendit une tasse a Regulus avant de poser les viennoiseries sur son bureau et d'inviter le jeune homme à se servir. Elle même prit un petit croissant tout en écoutant les symptômes qu'il lui décrivait. Il avait l'air un peu réticent comme s'il cachait quelque chose mais Rowena ne s'en formalisa pas. Elle hocha la tête et attrapa un parchemin et une plume qu'elle trempa dans de l'encre.

    «Très bien, je pense que vous êtes très fatigué et que vous avez besoin de vous reposer, mais je vais vous prescrire différente potions qui devraient vous aidez à supporter tout ça. » fit elle sérieusement.

    Une fois assise a son bureau, Rowena était très sérieuse. Il ne fallait pas jouer avec la "vie" de ses patients. Elle commença à écrire. Une mèche de cheveux lui obscurcit la vue et d'un geste fluide elle la repoussa. Lorsqu'elle eu finit d'écrire les différentes potions elle signa et tendit la feuille à Regulus.

    «Voilà, si vous vous sentez fatigué mais que vous avez des choses à faire, prenez une potion de forme ça vous aidera à tenir la journée entière, par contre, il vous faudra passer une bonne nuit de sommeil par la suite sinon vous aurez des effets indésirables comme pertes de sommeils, vertiges et même des hallucinations si vous y allez trop fort. Je vous est prescrit ensuite une potion anti-migraine dès que vous sentez que vous en avez une, mais n'en abusez pas, seulement deux par jour, pour les nausées et les vertiges je suis désolée je n'ai rien, mais je vous ai prescrit des potions calmantes et philtres de paix si vous vous sentez nerveux ou énervé. » explica t-elle.

    C'était tout ce qu'elle pouvait faire pour lui. Si elle avait eu une potion contre les nausées, ça lui aurait arrangé la vie mais apparemment ça n'existait pas encore, il faudrait en inventer tient. Rowena but une gorgée de café et le liquide brulant la réchauffa un peu et lui fit du bien. Ses joues se colorèrent un peu plus.

    «C'est tout ce dont vous avez besoin ou vous desirez autre chose ? » demanda t-elle.

    Après tout, c'était son métier d'aider et de soigner les gens et c'était aussi pour ça qu'elle adorait son métier. Parcequ'elle aimer donner sans reçevoir, elle aimait lorsque les gens guérissaient et souriaient de nouveau, ça lui réchauffait le coeur en ces temps obscurs.


_________________

"Ne vous fiez jamais aux apparences,
Elles sont souvent trompeuses ... "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Par une journée plutôt banale {Regulus   

Revenir en haut Aller en bas
 
Par une journée plutôt banale {Regulus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une journée en Afrique
» Une journée à Soissons
» La carotte plutôt que le bâton et c'est tant mieux !
» La journée internationale de l'alphabétisation sera célébrée ce 8 septembre en H
» Un journée presque comme les autres.../ PV électrique/

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Errare Humanum Est :: 
-{ LONDRES :: Une ville moldue tellement magique
 :: #.L'Hôpital Sainte Mangouste
-
Sauter vers: