Vous-Savez-Qui est en pleine ascension. Venez revivre la Première guerre !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 - Une bien mauvaise journée. - (Pv Reg')

Aller en bas 
AuteurMessage
Cara-Lynn Williamson
Directrice Officieuse du Département des Mystères
avatar

Messages : 116

PENSINE
Profession/Année: Règne en Maître sur les Secrets Magiques
Relations:
MessageSujet: - Une bien mauvaise journée. - (Pv Reg')   Dim 16 Nov - 17:43

- Cara en avait fini avec sa phase d'ermitage. Depuis quelques temps déjà, elle parvenait à sortir de chez elle sans être envahie par un sentiment de détresse.

Au début, après la disparition soudaine de Peter, puis celle, intentionnelle et provoquée, du jeune Black, elle se rendait au Ministère d'un pas lourd, pestant intérieurement contre le caractère piètre de son existence.

Et puis, le temps passant, la douleur était devenue moins vive. Cela faisait un mois maintenant et la vie avait retrouvé un cours presque normal.
Tous les matins, elle franchissait les grandes portes du Ministère et suivait son rituel habituel: 8h, Bureau de la Ministre et rapport quotidien; 9h-12h, grattage de papier et remplissage de dossier, puis, elle passait le reste de la journée au Département des Mystères, à arbitrer les réunions des Langues-de-Plomb, s'acquitter de l'organisation de son Département et d'autres choses inconnues du monde. Enfin, elle avait retrouvé la faculté de se plonger corps et âme dans son double emploi, ne retrouvant ses démons qu'une fois les Bureaux quittés. Des méandres qui se faisaient de moins en moins nombreux, constatait-elle avec soulagement, alors qu'elle parvenait à s'endormir le soir sans avoir à tourner et virer entre ses draps jusqu'à l'épuisement.

Elle avait trouvé une vie presque saine, loin de bien des tourments. Le simple fait de ne plus côtoyer Regulus, même si ses sentiments étaient toujours aussi forts, lui avait permis, quelque part, de faire son deuil. Et de lui et de son frère. Elle savait être loin d'en être remise mais au moins, sa souffrance et sa colère restaient enfermées entre les quatre murs de ses souvenirs et n'avaient plus à s'investir dans le présent. Maigre consolation mais c'était déjà un bon début.


Seulement, ce jour-là, tout allait de travers. Son petit rituel avait été largement ébranlé par la surchage surprenante de travail que Mrs Bagnold avait décidé de lui acculer quelques heures plus tôt, sans compter qu'elle était arrivée en retard à cause de la baby-sitter qui avait mal choisi son moment pour lui demander une augmentation de salaire et bien sûr, Keira n'avait rien arrangé en lui faisant un caprice à cause d'elle ne savait quel dernier jouet magique à la mode.

C'était donc les bras chargés d'une pile de dossier à classer, essayant désespérément de trouver son chemin malgré les papiers plus qu'encombrants, que la Demoiselle arpentait les couloirs d'un pas vif, ses talons martelant le sol en de petits cliquetis dangereusement rapprochés. Trop dangereusement, d'ailleurs. Car en l'espace d'une seconde, la foule n'aidant pas, elle se cogna à un de ses Collègues et les feuilles volèrent en tout sens pour atterrir en un tas informe sur le sol. -



Put ... Bon sang !


- Se reprit-elle avant de devenir impolie. L'Homme qui l'avait faite trébucher ne prit même pas la peine de s'arrêter pour l'aider à ramasser ses affaires et c'est seule qu'elle se retrouva agenouillée sur le marbre à rassembler tous les feuillets tandis que la foule indifférente continuait sa marche sans lui jeter le moindre coup d'oeil.

Non, vraiment, gromelait-elle à voix basse, elle ne voyait pas comment les choses pourraient être pires. -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Regulus A. Black
Jeune Serviteur au coeur troublé
avatar

Messages : 249
Âge du perso : 19 ans
Localisation : In his head, where nobody can enter.

PENSINE
Profession/Année: Gérant d'un pub.
Relations:
MessageSujet: Re: - Une bien mauvaise journée. - (Pv Reg')   Ven 21 Nov - 23:45

Les heures s’étaient étirées en jours, les jours en semaines, et au final, un mois était passé. A la fois particulièrement rapidement et effroyablement lentement. Des jours différents, teintés de couleurs et de lumières qu’il ne parvenait parfois pas à reconnaître. Était-ce ce tatouage nouvellement apposé sur sa nuque qui lui faisait percevoir le monde qui l’entourait si différemment, ou bien était-ce seulement le souvenir de cette dernière entrevue avec Cara qui avait altéré ses perceptions ? Parce qu’au fond, il n’avait rien vu venir. Rien du tout. Et cela n’avait rendu les choses que plus douloureuses – dans un premier temps, du moins. Car après, ses pensées avaient été retenues par d’autres sujets qui, malheureusement, n’avaient pas pu attendre, et l’avaient ainsi empêché de se concentrer trop longuement sur le souvenir de ce face à face qui s’était mal terminé.

Il s’était bel et bien rendu en Ecosse pour mettre son idée à exécution et se faire tatouer des runes sur la nuque. Il avait mis son orgueil de côté pour ne pas froisser l’homme qui allait s’en charger, et l’autre avait finalement accepté, contre une certaine somme d’argent. Le Highlander était des plus imposants, et il ne serait de toute manière pas venu à l’esprit du jeune Black de le contrarier, de quelque manière que ce fût. L’expérience avait été désagréable, et douloureuse, mais le résultat, concluant. Son esprit était bel et bien fermé, hermétiquement, et rien ni personne ne pouvait plus y pénétrer. Exactement ce qu’il avait recherché. Quelques effets secondaires se faisaient sentir, mais d’après Lockerbie, celui qui lui avait fait le tatouage, ils finiraient par disparaître. Normalement. Regulus souffrait surtout de migraines, et d’une fatigue plus intense qu’à l’accoutumée lorsqu’il utilisait trop de sa magie. Ceci s’expliquait par le conflit du flot de magie qu’il possédait et qui le constituait tout entier, et de celui apporté par les runes. Les deux se trouvaient en opposition, et chacun considérait l’autre comme un corps étranger. Il faudrait un peu de temps pour que les deux se coordonnent, mais cela se ferait.

Le pire du mois, si l’on pouvait dire, avait été la… réaction du Lord. Oh, il n’avait guère apprécié que l’un de ses mangemorts ferme son esprit de cette manière. A dire vrai, il était même entré dans une colère noire, et Regulus avait eu à payer le prix de cette initiative considérée comme une trahison. Pourtant, à son plus grand soulagement, il était toujours là. En vie. Il avait cru que les Doloris le rendraient fou, fou à lier tant la douleur alimentée par la colère du Seigneur des Ténèbres semblait le consumer de l’intérieur, mais celui-ci avait choisi de l’épargner, et de lui laisser une chance de s’expliquer. La réponse crée de toutes pièces, Regulus se l’était répétée des jours entiers, et à présent que son esprit était fermé, le Lord ne pouvait plus en vérifier la véracité. C’était tellement plus aisé de mentir à quelqu’un, même à ce quelqu’un, en le regardant droit dans les yeux, quand on était sûr et certain qu’il ne pouvait plus s’insinuer dans ses pensées et y lire ce qu’il voulait. Il se sentait plus… en sécurité, étrangement. Les quelques contusions visibles sur sa peau pâle n’étaient presque plus visibles.

Les choses avaient repris un cours presque normal. Et ce jour-là, le Lord l’avait envoyé au Ministère pour récupérer des dossiers confidentiels que Malefoy n’aurait pas le temps de venir lui remettre. Ou quelque chose du genre, les circonstances ne l’intéressaient pas réellement. L’entretien avec l’époux de sa cousine, Narcissa, n’avait duré que quelques minutes. Celui-ci avait fort à faire, et Regulus n’était pas particulièrement enchanté à l’idée de discuter plus que nécessaire avec le Mangemort.

Il ressortait du bureau lorsqu’il la vit se faire bousculer, lâcher ses dossiers et étouffer une exclamation. Son cœur était venu jouer à ce jouet moldu accroché à une ficelle, montant et descendant dans sa gorge, puis revenant cogner avec véhémence comme pour bondir hors de sa poitrine. Cara. Il ne prit pas réellement le temps de réfléchir à ce qu’il faisait. Pas du tout, même, car sans savoir comment, l’instant d’après, il était en train de ramasser les dossiers qu’elle avait laissés tomber, et il les lui tendait tout en relevant les yeux vers elle. Toujours aussi certaine que les choses ne pouvaient pas être pires ?

« J’avais comme l’impression qu’un coup de main n’était pas de refus. » Sourire en coin.

_________________
IT'S GETTING HARD TO JUSTIFY
AND IT WON'T BE LONG 'TIL I COLLIDE
MY WEAKNESSES LAID BARE
AS PEOPLE STOP AND STARE
BUT IT'S THE LAST TIME, I SWEAR

icon (c) ralphy137
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sweetands0ur.livejournal.com/
Cara-Lynn Williamson
Directrice Officieuse du Département des Mystères
avatar

Messages : 116

PENSINE
Profession/Année: Règne en Maître sur les Secrets Magiques
Relations:
MessageSujet: Re: - Une bien mauvaise journée. - (Pv Reg')   Sam 22 Nov - 23:16

- On marchait sur les dossiers, écrasait les compte-rendus de mission, déchirait les parchemins fraichement remplis.
Aussi belle qu'elle fut, une fois agenouillée, personne ne remarquait le magnifique regard et le port altier de Mademoiselle Williamson. Personne excepté Regulus Black. Sortant d'un bureau adjacent, il fondit la foule pour venir lui porter assistance parmi le chaos de paperasse.

La Directrice mit un certain temps à se rendre compte de l'idendité de son Sauveur, trop préoccupée qu'elle était à rassembler les morceaux de parchemins froissés. Elle pensait au regard noir de la Ministre lorsqu'elle verrait l'état de ses dossiers et surtout, à la charge supplémentaire que tout se fourbi allait lui donner. Un peu plus et elle en aurait fondu en larmes. Si ça avait été dans son caractère bien sûr. Seulement, toute aussi pondérée qu'elle était, elle se contenta de laisser une mauvaise humeur refoulée l'envahir.

Ce fut alors que leurs mains s'entrechoquaient et qu'elle se redressait pour récupérer les dossiers chargeant les bras de celui qui l'avait aidé, qu'elle le regarda enfin. Regulus. Ses yeux s'écarquillèrent de surprise tandis qu'avec un petit sourire en coin, il lui asséna le coup de grâce. Il avait bien sûr fallu que le seul jour où elle se vautrait lamentablement en plein milieu du couloir, l'homme qu'elle aimait soit dans les parages ! Et qu'en plus de ça, ce soit lui qui vienne l'aider.

Il était hors de question qu'elle perde contenance devant lui. Même si, elle devait se l'avouer, un flot impressionant d'émotions aussi étranges qu'indistinctes défilèrent dans son esprit. Elle était à la fois heureuse de le revoir, agréablement étonnée tandis qu'une lame acérée venait s'enfoncer dans son sternum, lui rappelant les événements de cette fameuse nuit. Une nuit de honte.

Contre toute attente, elle lui adressa un grand sourire, dépourvu de chaleur. Une simple ébauche de circonstance comme l'on remercierait un gentil inconnu. -



En effet. La solidarité n'est pas vraiment de rigueur, au Ministère. Merci de ton aide.


- Voilà en tout est pour tout ce que la Jeune Femme répliqua, le regard vide. Elle refusait de trahir son ressenti, par peur sans doute. Et surtout, avec l'espoir que le Garçon s'en irait aussi vite qu'il était apparu.

Cependant, elle réalisa qu'il lui serait impossible de ramener l'amas incombrant de paperasse jusqu'à son bureau sans risquer une autre chute. Elle refusait les robes de sorcier, voilà pourquoi elle se retrouvait bien embarassée vêtue de son tailleur moldu, couleur marine avec une chemise blanche à léger décolleté assorti à son teint pâle pour toute " couleur " claire et de ses talons hauts. Elle avait repris ses bonnes vieilles habitudes, ainsi, ses cheveux étaient noués en une queue de cheval sevère et ses yeux azurs bordés d'un maquillage sombre. Elle était redevenue la stricte et rigide Cara. Tout du moins durant ses heures de travail. Cela l'encombrait. Comme si, à présent, tous ses artifices et toutes ses tentatives pour cacher sa véritable nature à ceux qui l'entourait lui semblaient inutiles. Seulement, elle ne pouvait pas déroger à certaines règles, l'une d'elle étant de toujours se préserver face au regard du monde.

Donc, ainsi parée, elle craignit de ne se retrouver à briquer le marbre avec ses genoux. Elle soupira donc, résolue, plongeant son regard dans celui de son Interlocuteur. -



Est-ce que tu pourrais m'accompagner jusqu'au mon Bureau ? - demanda-t-elle au Jeune Black de but en blanc. - Je ne pense pas pouvoir transporter tout ça sans me retrouver à plat ventre une nouvelle fois.


- Elle le fixait, mais sans aucune intensité. On aurait pu croire qu'elle s'adressait à un de ses Collègues avec qui elle n'avait jamais eu aucune affinité, attendant patiemment sa réponse.
Pour elle, il était là sans vraiment l'être, refoulant chaque sentiment qu'il lui inspirait. Elle n'avait pas le choix. Le choc était trop fort. Elle s'était attendue à ne plus jamais le revoir. Et encore moins à se retrouver nez à nez avec lui au Ministère. Que faisait-il là, d'ailleurs ? Elle risqua un oeil vers la porte qu'il venait de franchir. Les quartiers de Monsieur Malefoy ? Elle préféra ne poser aucune question. Après tout, cela ne la regardait pas.

Finalement, alors que la Demoiselle lissait sa jupe froissée, elle se dit que si, les choses pouvaient empirer ... -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Regulus A. Black
Jeune Serviteur au coeur troublé
avatar

Messages : 249
Âge du perso : 19 ans
Localisation : In his head, where nobody can enter.

PENSINE
Profession/Année: Gérant d'un pub.
Relations:
MessageSujet: Re: - Une bien mauvaise journée. - (Pv Reg')   Lun 1 Déc - 23:03

Étrangement, dans la manière qu’il avait de ramasser les dossiers, ou d’éviter les employés qui continuaient leur chemin sans se soucier d’eux, Regulus dégageait davantage d’assurance. Ce charisme propre aux Blacks qu’il avait, trop longtemps, délaissé au profit d’une image aux teintes plus pastels, plus… effacées, dans ce monde. Ce tatouage, la punition du Lord, ce mois passé l’avait changé car il avait retrouvé quelque chose en quoi croire, avec en plus cette certitude que rien de ce qu’il pouvait penser ne serait dévoilé. Il était Regulus Black, et sans pour autant se croire invincible à cause d’un second tatouage gravé dans sa chair, il avait de nouveau foi en quelque chose, et cela se voyait. Et cela l’arrangeait bien, car il lui était alors plus aisé de dissimuler les émotions qui l’étreignirent lorsqu’il croisa le regard de Cara.

Il se fustigea mentalement. Il aurait dû réfléchir avant d’agir, car la situation les gênerait et les blesserait sûrement inutilement, tous les deux. Rien qu’à voir la manière dont la jeune femme avait écarquillé les yeux en le voyant… Il n’avait pas eu là sa meilleure idée. Lui aussi se refusait à perdre contenance devant elle, elle qui l’avait embrassé un mois plus tôt, qui lui avait avoué ses sentiments pour finalement lui demander de sortir de sa vie. Naturellement, il avait eu le temps de réfléchir à tout cela, et si la perspective de ne plus jamais pouvoir la côtoyer s’était révélée pénible de prime abord, avec le recul, il savait que c’était ce qu’il y avait de mieux à faire, fût-ce pour elle. Ça ne servait à rien de se leurrer, ils s’aimaient, mais malheureusement pas de la même manière, comme il le lui avait fait comprendre, et continuer à faire comme si ne mènerait nulle part. Pourtant, il était venu lui donner un coup de main, sans songer à ce qu’il se passerait ensuite. Come what may.

Il se redressa, un peu trop rapidement car il fut pris d’un vertige qu’il parvint à maîtriser, espérant qu’il serait passé inaperçu. Mal de crâne latent qui le fatiguait.

« En effet. La solidarité n'est pas vraiment de rigueur, au Ministère. Merci de ton aide. »
« Je t’en prie. » Simple hochement de tête.

Alors, c’était à cela qu’ils en étaient rendus ? Des politesses stériles, comme si rien n’avait jamais eu lieu, comme si jamais ils n’avaient été amis ? Oui, sûrement. Compte tenu de leur dernière entrevue, les choses pouvaient difficilement en être autrement. C’était dommage, et cela lui serrait douloureusement le cœur de la voir lui sourire avec aussi peu de chaleur, mais sa raison lui criait qu’il ne pouvait espérer plus. Qu’il ne pouvait demander plus, car cela aurait été égoïste, et au nom de l’affection qu’il éprouvait à son égard, il ne pouvait lui imposer sa présence ainsi et nourrir l’espoir qu’elle se montrerait aussi naturelle qu’elle avait pu l’être auparavant. Ce n’était pas comme ça que cela fonctionnait : les relations humaines se révélaient bien souvent plus complexes qu’elles ne le paraissaient en réalité.

Elle poussa un soupir résigné, et il ne tarda pas à en connaître la raison.

« Est-ce que tu pourrais m'accompagner jusqu'au mon Bureau ? »

Visiblement, il lui en coûtait de lui demander un tel service. Et il le comprenait. La situation, en elle-même, était particulièrement étrange. En dépit de leur proximité physique, tous deux semblaient être à des kilomètres l’un de l’autre, de par cette distance qu’elle prenait grand soin de mettre entre eux. Il préférait feindre l’indifférence, tous deux s’en porteraient sûrement mieux. Discrètement, il la vit jeter un coup d’œil vers la porte par laquelle il était sorti. Elle n’était pas dupe, et devait bien se douter que c’était Lucius qu’il était venu voir. Mais il la savait suffisamment discrète pour ne pas lui poser de questions, ce dont il lui fut reconnaissant.

« Bien sûr, » se contenta-t-il de réponse en acquiesçant. « Je m’en voudrais de te voir tomber à nouveau. »

Ca sonnait faux, tellement faux à ses oreilles. Conversation insipide qui ne mènerait nulle part. Cependant, il récupéra la moitié des dossiers et emboita le pas à la jeune femme à travers les couloirs du Ministère. Le silence s’étirait entre eux, pesant. Finalement, il lâcha dans un souffle :

« Je tenais à te remercier pour… l’adresse que tu m’as donnée. Elle m'a été d'une aide précieuse. »

_________________
IT'S GETTING HARD TO JUSTIFY
AND IT WON'T BE LONG 'TIL I COLLIDE
MY WEAKNESSES LAID BARE
AS PEOPLE STOP AND STARE
BUT IT'S THE LAST TIME, I SWEAR

icon (c) ralphy137
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sweetands0ur.livejournal.com/
Cara-Lynn Williamson
Directrice Officieuse du Département des Mystères
avatar

Messages : 116

PENSINE
Profession/Année: Règne en Maître sur les Secrets Magiques
Relations:
MessageSujet: Re: - Une bien mauvaise journée. - (Pv Reg')   Mar 2 Déc - 17:31

- Elle n'était donc pas la seule à avoir changé de comportement. A la différence qu'elle continuait de se conduire comme à l'accoutumée pour n'éveiller aucun soupçons.

Cara décela chez son Ex-Ami le même charisme assumé que chez son frère aîné. Elle n'avait rencontré Sirius que quelques fois. Chez Dumbledore, elle s'en souvenait à présent. Elle voyait encore son éternel petit air moqueur et la confiance qui se dégageait de sa personne. Ce genre d'homme ne la séduisait pas vraiment, elle avait toujours préféré ceux au charme mystérieux. Un caractère jovial avait tendance à la mettre mal à l'aise.
Cependant, elle du reconnaître que cette nouvelle facette de Regulus n'altérait en rien sa personnalité. Tandis qu'il l'observait sans ciller, elle en fut presque troublée. Bien que, malgré tout, une gêne palpable s'était installée entre eux alors que la conversation n'était que bribes de politesse.


Comme la Jeune Femme s'en doutait, le jeune Black accepta de se rendre dans son Bureau. Elle en fut soulagée car la réaction de la Ministre l'inquiétait davantage que ses propres états d'âme. Si par hasard elle s'était encore retrouvée les quatre fers en l'air, cette fois, aucun de ses documents n'y aurait survécu, elle en était persuadée.

D'un simple geste du menton, elle lui fit signe de la suivre jusqu'à l'un des ascenseurs menant au Bureau de la Ministre. Elle redouta un instant que cette intrusion dans les quartiers les plus importants du Ministère ne donne l'occasion au Garçon de fournir des informations au Lord. Elle failli même si raviser, par pure conscience professionnelle et lui dire que finalement, elle allait s'en sortir seule, mais elle connaissait suffisamment bien son Interlocuteur pour savoir qu'il ne lui ferait jamais une chose pareille. Malgré tout ce qui s'était passé, elle savait que pour rien au monde il ne pourrait lui faire du mal.

Ils franchirent donc le seuil de l'ascenseur, toujours sans échanger un mot. De plus, la proximité que la cohue ambiante de l'étroite pièce de métal obligeait n'arrangeait en rien la situation. Elle faisait tout son possible pour empêcher le moindre effleurement entre eux et elle supposa qu'il en faisait de même.
Jamais quelques secondes ne lui parurent aussi longues et c'est avec soulagement qu'elle franchit les portes après le petit " Ding " si familier.

L'office de Mrs Bagnold se trouvait tout au fond du couloir, gardée par deux Aurors. Depuis quelques temps, cette précaution était de mise. Au vu des agissements de Voldemort, personne ne voulait prendre de risque, même dans l'enceinte du Ministère.
Les sentinelles les laissèrent entrer, sans jeter le moindre regard au Jeune Homme. Ils saluèrent respectueusement Cara qui leur adressa un sourire, puis, quelques instants plus tard, les deux Jeunes Gens se retrouvèrent dans le bureau spacieux des Secrétaires.

Elle fut ravie de constater que cette vipère de June ainsi que la troisième assistante étaient sorties. Ainsi, elle n'aurait pas à se justifier de la présence de Regulus. June était si fouineuse, qu'en plus d'être exaspérante, elle en devenait gênante.
Elle déposa la pile de dossier sur un bureau déjà passablement en désordre et encombré. Le sien, comme le désignait la plaque dorée sur l'extrémité. -



Pose tout ici. Enfin ... Là où tu peux.


- Lui dit-elle sans même lui adresser une oeillade alors qu'elle débarrassait un coin de la table pour faire un peu de place.

D'ordinaire, tout était impeccablement rangé. Elle y veillait personnellement et ne débauchait jamais sans avoir tout remis en ordre. Seulement, ces derniers temps, elle n'avait pu s'y atteler, étant donné sa masse quotidienne de travail. Peu importait, après tout. Personne n'y prêtait attention.


Elle n'avait pas répondu à ses remerciements à propos de l'Ecossais qu'elle lui avait recommandé. Le dernier service qu'elle s'était autorisée à lui rendre.
Mais maintenant qu'elle se retrouvait sur son territoire, si familier et rassurant, elle s'autorisa à relever le nez dans la direction du Mangemort. Elle se sentait prête, l'espérait-elle, à assumer une conversation avec lui. -



Donald m'a dit que tout s'était bien passé. Il m'a contacté dès ton départ pour m'informer du .. succès de l'opération. Il est un peu rustre mais c'est un homme bon, généreux et discret. C'est ça que j'apprécie chez lui.

En revanche, il m'a dit que tu criais comme une fillette.



- Un petit sourire amusé ourla ses lèvres carmines. C'était effectivement les propos de Mac Fallen mais elle n'en avait pas cru un mot tant elle connaissait sa tendance à l'exagération. Et surtout, sa méfiance envers les hommes proches de la Demoiselle. Mais il fallait bien qu'elle taquine un peu Regulus. Après tout, ils avaient été Amis, il n'y a pas si longtemps.

Ceci dit, elle entreprit de remettre un peu d'ordre, classant songeusement la paperasse froissée. Etrangement, elle n'avait pas vraiment l'air troublé par la présence du Jeune Homme. Peut-être parce que quelques jours auparavant, elle avait appris une nouvelle qui avait complètement changé la donne. Rien qu'en y repensant, son visage s'illumina.
Elle devait en parler à quelqu'un et étant donné que Peter n'était plus là et que personne d'autre que Regulus ne pouvait en être informé sans risques, elle se dit qu'il était le seul à qui elle put en parler.
Elle hésita un bref instant, vérifiant que la porte était bien fermée et que nul ne pouvait les entendre, puis, d'un geste de la main, lui fit signe de s'assoir. Il y avait deux chaises face au secrétaire réservées aux visiteurs. Elle-même pris place dans son fauteuil et se fit apparaître une tasse de thé fumante.
Une fois la première gorgée avalée, elle esquissa un léger sourire empreint de mystère à l'adresse de son Interlocuteur. Oui, vraiment, il fallait qu'elle en parle à quelqu'un. -



J'ai reçu un hibou de Dumbledore, il y a quelques jours. Il a réussi à négocier la libération de Matthew d'Azkaban. Si j'ai bien compris, vu qu'il est l'un des rares Mangemorts que l'on ait pu attrapé, il pourrait être d'une aide précieuse au Ministère.

Il s'est repenti, d'après les dires du Conseil et il est prêt à nous aider. C'est tellement inespéré ! Je n'ai encore pu partager ce secret avec personne mais comme je sais que je peux avoir confiance en toi ...



- Son visage était radieux tel celui d'un enfant déballant ses cadeaux le jour de Noël et découvrant un jouet tant convoité.

Ainsi, en se confiant au jeune Black, elle espérait lui faire comprendre qu'il n'avait plus rien à craindre et que leur relation n'avait pas changé. Qu'elle s'était juste laissée emportée par la détresse du moment. Ce n'était évidemment pas tout à fait vrai mais l'important était de s'en convaincre. -



Il a bien sûr été très affecté par les baisers des Détraqueurs mais d'après les Médicomage, il n'y a rien d'irréversible. Il lui faudra juste un certain temps de convalescence et après ... Il pourra rentrer à la maison.



- Lui présenter Keira, tout reprendre là où il l'avait laissé. Elle se laissait tomber dans les abîmes de ses rêves de midinette. Elle qui était toujours si terre à terre ... Elle ne savait pas ce qu'il lui arrivait mais elle s'en moquait. Il y aurait enfin un peu de stabilité dans son étrange existence. De plus, cela faciliterait largement le contact avec Regulus. Elle ne pouvait donc que s'en réjouir. Et lui aussi.

Bien sûr, tout ne serait pas simple. Il faudrait qu'il se remette, qu'il prouve sa bonne foie au Ministère et il lui sera assigné une surveillance vingt-quatre heures sur vingt-quatre pour vérifier qu'il ne courrait pas rejoindre le Mage Noir. Cependant, c'était une situation tellement exceptionnelle qu'elle ne pouvait y voir là qu'un signe du destin.

Elle s'adossa à son fauteuil, toujours souriante et sereine. Enfin, la Demoiselle avait pu expier ce lourd secret. -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Regulus A. Black
Jeune Serviteur au coeur troublé
avatar

Messages : 249
Âge du perso : 19 ans
Localisation : In his head, where nobody can enter.

PENSINE
Profession/Année: Gérant d'un pub.
Relations:
MessageSujet: Re: - Une bien mauvaise journée. - (Pv Reg')   Mar 9 Déc - 23:45


Découvrez Nickelback!


    Ses mâchoires se contractèrent imperceptiblement lorsqu'ils pénétrèrent dans l'ascenseur bondé. Déjà que la situation était particulièrement embarrassante, pour l'un comme pour l'autre, mais à présent, ils se retrouvaient coincés dans quelques mètres carrés, réduits à une proximité que tous deux auraient préféré éviter. Le destin, les circonstances, appelez-ça comme vous le voudrez, s'acharnait contre eux et n'arrangeait en rien la gêne presque palpable qui s'étirait entre eux. En plus de cela, Regulus n'était pas un grand adepte des endroits clos et remplis de monde, aussi n'en éprouva-t-il que du soulagement lorsqu'il pu s'extirper de cette cage en métal et se diriger vers le bureau de Cara. Trois bureaux se dressaient dans la pièce, et si Cara ressentit un certain soulagement en constatant leur absence, le jeune Black en ressentit quant à lui une pointe d'agacement mêlée de désespoir. Les collègues de la jeune femme auraient été là, il aurait alors eu une excellente raison de ne pas s'attarder, et de repartir rapidement sans déranger son amie plus longtemps. Et ainsi rompre cet écheveau de maladresse et de gêne qui se tissait entre eux à mesure que les secondes passaient.

    « Pose tout ici. Enfin... là où tu peux. »

    Il obéit, déposant la pile de dossiers qu'il tenait sur un coin du bureau, et veillant un instant à ce que la pile fut bien stable. Puis son regard s'autorisa à faire le tour des lieux, curieux de voir quel était l'endroit où travaillait la jeune femme. Du moins, quel était l'endroit où elle travaillait lorsqu'elle ne dirigeait pas le service du Département des Mystères. Ombre de sourire qui passa sur ses lèvres, puis il chercha des yeux les plaques, semblables à cette qui ornait le bureau de Cara, afin de voir les noms de celles qui travaillaient également ici. L'un sembla lui dire quelque chose, mais il fut absolument incapable de le replacer dans un contexte ou une situation précise, ce qui l'agaça un instant. Stevenson. Il n'eut pas le temps de se pencher davantage sur la question, car son amie s'autorisa à une petite pique qui lui fit écarquiller les yeux d'indignation.

    « C'est absolument faux ! » s'offusqua-t-il avec véhémence, avant de réaliser, vu le sourire qu'elle arborait, qu'elle n'en avait pas cru un mot. Il fit légèrement la moue, mais un sourire définitivement amusé vint arquer ses lèvres, tandis qu'il sentait la glace fondre peu à peu entre eux. « Et puis, avec ses grosses mains, aussi... Il pourrait faire preuve d'un peu plus de délicatesse, » marmonna-t-il vaguement, sur un ton qui rappelait étrangement un enfant ronchon.

    Sa curiosité fut piquée à vif lorsqu'il l'observa continuer à ranger ses dossiers, songeuse, puis vérifier que la porte était bien fermée et l'inviter à s'asseoir. Il commençait à la connaître, et à son attitude, il devinait qu'elle avait quelque chose à lui dire. Quelque chose qu'elle avait l'air de garder pour elle depuis des jours. Il prit place sur une chaise, l'observant tranquillement mais avec un certain intérêt poli. Toujours avec ce léger sourire aux lèvres, malgré l'appréhension qui commençait à lui glacer doucement les entrailles. Qu'avait-elle à lui dire ? Et cela lui plairait-il, à lui ? Il essayait de se dire qu'il n'y avait pas de raison, que vu le sourire qu'elle affichait, il s'inquiétait pour rien, mais il ne pouvait pas s'en empêcher. Et cette crainte par anticipation ne s'estomperait que lorsqu'elle lui annoncerait enfin la nouvelle, il le savait.

    « J'ai reçu un hibou de Dumbledore, il y a quelques jours. Il a réussi à négocier la libération de Matthew d'Azkaban. Si j'ai bien compris, vu qu'il est l'un des rares Mangemorts que l'on ait pu attraper, il pourrait être d'une aide précieuse au Ministère. »

    Il mit un certain temps à comprendre ce qu'elle venait de lui dire, et plus encore à décortiquer les émotions que cette annonce suscita en lui. Bêtement, stupidement, son coeur se serra, comprimé par un étau de peur et de regrets contre lequel il lutta tant bien que mal. Elle reprendrait sa vie avec lui, avec Matthew, là où elle l'avait arrêtée, Keira retrouverait son père, et Cara étoufferait les sentiments qu'elle avait pour lui. Une pointe de jalousie et de colère lui transperça la poitrine. Alors, c'était tout ? Elle l'embrassait, puis lui ordonnait de ne plus jamais chercher à la revoir, et le chassait de chez elle, pour finalement changer d'avis au bout d'un mois en lui faisant comprendre qu'à présent que son époux revenait à la maison, ils pourraient redevenir amis ? Il avait la désagréable impression d'avoir été trompé. De n'avoir été là que pour combler un manque. Et si, en un sens, cela le rassurait car alors, il n'aurait plus à se sentir aussi gêné en sa présence, cela le blessait également, parce qu'elle n'avait peut-etre jamais vu en lui un homme qu'elle aimait, mais un homme qui aurait pu estomper quelques temps l'absence de Matthew.

    Tout ça, toutes ces pensées négatives et pénibles, ne dura cependant que quelques secondes. Car au fond, il le savait, il en était persuadé, c'était un juste retour des choses, et c'était très certainement mieux ainsi. Aussi laissa-t-il son sourire s'élargir, et à sa plus grande surprise, il réalisa qu'il était sincèrement heureux pour elle. Car telle qu'il la voyait aujourd'hui, elle était heureuse et se réjouissait de la nouvelle. Ses propres états d'âmes, ainsi que ses doutes, n'avaient pas à constituer une ombre au tableau qu'elle contemplait par avance, et si quelque chose avait dû être reproché à quelqu'un, c'était à lui qu'incombait la faute, et pas à elle. Lui ne savait pas ce qu'il voulait.

    Lui avait trouvé le moyen de les aimer toutes deux, pour des raisons différentes, mais avec autant de force. C'était un problème de plus qu'il s'était crée, tout seul, et qu'il ne leur imposerait pas, de quelque manière que ce fût.

    « C'est génial ! Sincèrement. C'est une excellente nouvelle, je suis content pour toi. Enfin... pour vous trois. »

    Il lui sourit de nouveau, d'un sourire chaud et honnête qui dissimulait tout ce que cette nouvelle pouvait représenter pour lui. La peur de la voir s'éloigner de lui parce qu'à présent, elle retrouverait la stabilité dont elle avait manqué, toutes ces années. Il était égoïste. Il se trouvait égoïste, et il se faisait honte. Mais il l'aimait. Pas exclusivement, comme elle l'aurait souhaitée, mais il l'aimait. De ceci, il était sûr, même si ça ne résolvait pas le problème.

    « Et Keira ? » s'enquit-il en se réinstallant plus confortablement sur sa chaise. « Elle doit être ravie également ! A moins que tu ne lui aies pas encore annoncé ? »

_________________
IT'S GETTING HARD TO JUSTIFY
AND IT WON'T BE LONG 'TIL I COLLIDE
MY WEAKNESSES LAID BARE
AS PEOPLE STOP AND STARE
BUT IT'S THE LAST TIME, I SWEAR

icon (c) ralphy137
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sweetands0ur.livejournal.com/
Cara-Lynn Williamson
Directrice Officieuse du Département des Mystères
avatar

Messages : 116

PENSINE
Profession/Année: Règne en Maître sur les Secrets Magiques
Relations:
MessageSujet: Re: - Une bien mauvaise journée. - (Pv Reg')   Lun 23 Fév - 1:21

[ J'adoooore quand tu rajoutes des musiques, surtout aussi mélo xD. Ca met super bien dans l'ambiance ! ]



- Le Bureau des Secrétaires était une vaste pièce aux murs pourpres. Pour tout mobilier, on pouvait distinguer trois larges bureaux en bois foncés et leurs fauteuils respectifs, un pour chacune d'elle, une armoire gigantesque remplie d'un nombre incalculable de dossiers et quelques chaises à l'assise en tissus de la même couleur que les murs destinées aux visiteurs.
Les boiseries du plafond ainsi que le vieux parquet grinçant étaient tout aussi sombres que le reste de la pièce, donnant une impression de pesanteur tout à fait oppressante. C'était à se demander comment l'on pouvait travailler dans une telle atmosphère presque douze heures par jour sans avoir besoin d'un masque à oxygène.
Et surtout, sans se sentir vieillir de vingt ans. Le sol griffé par tous les déplacements de mobilier et les talons de chaussure des nombreux passants vieillissait d'autant plus l'endroit que les meubles semblaient ne tenir debout que par enchantement.
En somme, si la grande fenêtre aux carreaux étincelant n'avait pas illuminé la pièce, on aurait pu se croire dans une de ses caves où avait lieu la plupart des contrebandes.

Le bureau de Miss Williamson était le plus éloigné. Ceux des deux autres semblaient presque collés l'un à l'autre tandis que celui de Cara présidait devant la baie vitrée, face à ses collègues. Il était aisé de deviner qu'elle était le bras droit de Mrs Bagnold. Privilège de l'ancienneté, sans doute.

A la réaction de Regulus face aux propos de son ami Ecossais, la Belle ne put qu'éclater de rire. Un beau rire à gorge déployé. C'était sans doute la première fois qu'elle le voyait aussi embarrassé. Elle l'aurait vu piquer un fard que cela ne l'aurait pas étonné. -



Donald ne fait preuve de délicatesse que lorsque la situation l'exige, si je puis dire. Il devait sans doute te manquer des arguments de poids.


- L'oeil taquin, elle laissa là ses allusions lubriques. Sans doute parce qu'elle-même savait de quoi elle parlait, elle préféra changer de conversation. Ou plutôt, elle se détourna de son Interlocuteur pour commencer son manège de confidences.

Une fois son discours effectué, son sourire faillit s'évanouir. La réaction de son Ami lui déplut. Mais à quoi s'était-elle attendu ? Qu'il hurle à l'abandon ou pire, à la trahison ? Qu'il lui déballe au faux amour pour la faire revenir à lui ? C'était ridicule. Évidemment qu'il serait ravi pour elle. Enfin, il avait la certitude de n'avoir été qu'une passade. Un assaut de femme désespéré. Il ne pouvait que s'en réjouir. A présent, il pouvait se consacrer à l'Autre comme bon lui semblerait et ce, sans remords.

Il lui fallut reprendre rapidement contenance, retenant son sourire par des fils invisibles tandis que son coeur battait la chamade. Elle-même venait tout juste de se rendre compte de la portée de ses propos: Matthew allait revenir, il allait falloir être là pour lui, s'occuper de lui, vivre avec une peur doublée de voir débarquer les Mangemorts, mais également les Aurors si jamais son Compagnon trahissait ses engagements. Pire ... Elle ne pourrait plus voir Regulus. Elle connaissait Matthew, il ne tolèrerait pas sa présence près de sa Femme. Et encore moins près de sa fille.

Keira ... Son Interlocuteur s'en inquiéta, l'extirpant de la soudaineté de ses sombres pensées. -


Eh bien, à vrai dire, non, je ne lui ai encore rien dis. Je pense lui en parler au retour de Matthew, dès que leur moral respectif sera au beau fixe.
Elle ne connaît encore rien de la ... véritable nature de son père. Ni de son identité, d'ailleurs.

Pour être franche, je crois que depuis ta visite, elle espère secrètement que ce soit toi, son géniteur.



- Cette révélation lui arracha un nouveau rire cristallin. Imaginer Regulus père à dix-huit ans à peine lui parut d'un ridicule éhonté. Il pouvait au mieux, être son grand frère. Seulement, à deux ans, on peinait à s'en rendre compte. Elle espérait que son Interlocuteur serait tout aussi indulgent dans son jugement.

Soudain, ses prunelles se firent dures. Dures et caustiques. Quelque chose venait de lui revenir en mémoire. Un événement qui avait eu lieu quelques semaines plus tôt, juste après sa dispute avec le Jeune Black. -



Sais-tu que j'ai eu droit à une visite fort impromptue, il y a quelques temps de ça ? Un soir où j'étais aux Trois Balais, un homme m'a proposé de rejoindre ses troupes. Le Lord en personne.



- Elle se pencha, retirant les talons responsables d'ampoules naissantes avec une légère grimace de douleur. La coquetterie finirait par la perdre.

Et c'est parfaitement détendue que la Belle reporta son regard sur Regulus, le buste bien enfoncé dans le dossier de son fauteuil, mains croisées sur son ventre. Un sourire ourla le coin de ses lèvres. -



Je ne sais pas si je dois en être flattée ou effrayée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: - Une bien mauvaise journée. - (Pv Reg')   

Revenir en haut Aller en bas
 
- Une bien mauvaise journée. - (Pv Reg')
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mauvaise journée... [PV Dorian!]
» [abandonné]En bien mauvaise posture [PV : Ezekiel]
» Une très mauvaise journée...
» - Mauvaise Journée - [PV Kenza]
» Mauvaise journée... (Pv Evan Grant)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Errare Humanum Est :: 
-{ Pensine
 :: #. Pensine du Monde Magique :: #. Archives :: {. RPs
-
Sauter vers: