Vous-Savez-Qui est en pleine ascension. Venez revivre la Première guerre !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Old Yellow Bricks [Rodolphus]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lucius Malefoy
Grande Blatte Blonde || Directeur Dpt de Contrôle des Bestioles
avatar

Messages : 90

PENSINE
Profession/Année: A votre avis ?
Relations:
MessageSujet: Old Yellow Bricks [Rodolphus]   Lun 29 Sep - 13:19

La démarche tranquillement assurée de celui qui rentre d'une calme et paisible journée de travail au Ministère menait Lucius en direction du Chemin de Traverse. Plus précisément, droit vers The Alchemist, café très réputé, tenu par le tout aussi réputé Rodolphus Lestrange, ami proche de Malefoy. Quelques minutes étaient encore nécessaires au jeune blond pour atteindre le délicieux endroit, puisqu'il était encore dans les quartiers Moldus de la grande capitale. Il n'avait ce soir pas envie de transplaner, mais tout simplement de marcher, de respirer l'air frais et agréable du soir. La nuit tombait aujord'hui légèrement plus tôt qu'au jour précédent, et les nuages visibles se faisaient sombres et bas, promettant un début de soirée humide; pluvieux.
Il ne se sentait acunement pressé ou contrarié, au contraire : pour une fois depuis plusieurs semaines, jamais Lucius en rentrant de son travail n'avait été aussi appaisé. Pas d'affaires mêlant des mangemorts, et donc pouvant le compromettre, n'avaient évoquées en sa présence, et rien ne l'avait poussé dans un quelconque villager perdu à cause de traffiques illicites de créatures de catégorie I. Rien de tout cela. Il s'était contenté de prendre de haut ce pauvre crétin de Weasley, et d'en rire au moment de la pause avec ce bon vieux Rookwood. Et c'était l'esprit léger qu'il concluait sa semaine, savourant d'avance le week-end de tris jours qui s'annonçait à lui.

Il y'avait bien deux semaines qu'il n'avait revu Rodolphus. Chacun de son côté avait été pris dans son propre tourbillon privé, dans ses missions, ect. L'ambiance agréablement tamisée de l'endroit, de plus, lui menquait un peu, à lui qui avait toujours été un bon client. Enfin, le Chaudron-Baveur et sa vieille pencarte grinçante se dessinaient devant lui. Il pressa un peu plus le pas, bifurquant entre les badauds lents d'esprit comme de corps, puis passa la porte invisible à leurs pauvres yeux de Moldus.
Après quelques regards hautins, qui eurent pour réponse de bien bas et respectueux salus et 'Mr. Malefoy' murmrurés, il traversa la salle si peu éclairée que l'on avait du mal à voir devant soi, se retrouvant devant le muret, qu'il fit s'ouvrir sur la longue rue, presque déserte par cette heure, du Chemin de Traverse.
L'entrée du café huppé se dessina au bout de quelques pas. Non loin de l'Allée des Embrumes, sans que cela ne paraisse suspect : beaucoup d'employés du Ministère, des employés haut placés, aimaient s'y rendre. Et ces dits employés, directeurs de département et autres, n'étaient pas tous, forcément, des Mangemorts, au contraire. Il suffirait à Lucius d'être, comme à son habitude, discrêt. Enfin, il poussa la porte. Un petit carillon sonna, puis il fit quelques pas en direction du comptoir, saluant quelques amis qu'il reconnut lorsqu'il posa sur eux un bref regard.

Son cher ami, co-tatoué, Rodolphus, se tenait derrière le comptoir. Quand il tourna les yeux vers Lucius, ce dernier, arrivant à sa hauteur, lui adressa un signe de tête.


-Bonsoir, Rodolphus. Comment te portes-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodolphus Lestrange
Proprio de The Alchemist __Sombre et cruel, comme sa femme
avatar

Messages : 147
Âge du perso : 25 ans

PENSINE
Profession/Année: Mangemort ; propriétaire et gérant de The Alchemist's
Relations:
MessageSujet: Re: Old Yellow Bricks [Rodolphus]   Lun 29 Sep - 19:44

Quand la porte s'était ouverte, Rodolphus achevait tout juste de lire la dernière ligne intéressante d'un journal différent de la Gazette. Naturellement il était le gérant et possesseur de l'Alchemist's, mais cela voulait justement dire qu'il laissait à d'autres le travail le plus pénible : servir, laver, ranger. Lui s'occupait surtout de tenir des comptes de veiller à la bonne tenue et réputation de l'établissement, de l'embauche. C'est qu'il avait bien assez d'argent pour ne pas avoir à passer son temps à trimer. En vérité il aurait tout aussi bien pu ne pas travailler du tout. Mais cela aurait voulu dire passer à côté de choses très intéressantes. Cependant, cela n'empêchait pas le sorcier de prendre place derrière le comptoir parfois, insigne honneur réservé aux amis proches ou personnalités très appréciées,… ou encore propriétaire d'une langue pas assez pendue à son goût si curieux.

Et c'est pourquoi lorsque Slughorn fit son entrée, Rodolphus venait de sortir d'un moment qu'il avait passé entre lecture, observation de la salle, et saluts, brèves conversations échangés. Ce n'était guère un hasard d'ailleurs, si ce jour précis, à cette heure précise, son ancien professeur de potions pénétrait dans son établissement. Il l'avait invité. Oh une invitation tout à fait anodine, et purement amicale, à laquelle le "bon vieux Slug" s'était empressé de répondre, Rodolphus n'était pas le fils d'une des familles les plus riches et anciennes du monde sorcier pour rien. Avec force sourires et exclamations d'un contentement réciproque, l'ancien Serpentard avait invité son ex-Directeur de Maison à prendre place dans le box le plus isolé mais aussi le plus confortable, avant de retourner au comptoir chercher de quoi humidifier un gosier qu'il devinait, avec amusement, bien sec.

Par un réflexe dont il avait depuis longtemps perdu la conscience, il levait les yeux presque à chaque fois que les portes s'ouvraient. Et quel plaisir de les voir laisser place à son cher ancien camarade des mauvais coups passés. Hmm pas si passés que ça, pour être honnête. Sourire appréciateur aux lèvres, il répondit au signe de tête sans la moindre trace de l'hypocrisie dont il aurait pu faire preuve avec d'autres.


- Ma foi, très bien, Lucius. J'espère que c'est aussi le cas pour toi et Narcissa ? Tu as l'air d'un homme ayant passé une excellente journée, dis-moi.

Ne prenant que le temps d'attendre la réponse, il reprit rapidement.

- En fait, tu ne pourrais pas mieux tomber. Regarde qui est là.

D'un mouvement du menton, le fin sourire désormais accompagné d'un pétillement de l'œil, il désigna Slughorn qui s'installait avec plaisir, parfaitement reconnaissable bien qu'il fut de dos.

- Il vient d'arriver, me fait l'honneur de venir à l'Achimist's… A mes frais bien entendu.

Malgré l'ironie évidente des mots, le ton restait léger.

- Ecoute, à moins que tu ne sois trop fatigué par ta journée, ce que je comprendrais vu le nombre d'incompétents que tu dois rencontrer au Ministère, j'aimerais beaucoup que tu te joignes à nous. Slughorn est toujours au courant de toutes les rumeurs, d'aussi loin que je me souvienne. Ça pourrait être intéressant, si tu vois ce que je veux dire.

Mais Rodolphus ne doutait pas une seule seconde que Malefoy comprendrait, le blond avait toujours fait preuve d'un don certain pour saisir les subtilités de ce genre de langages et la signification de certains regards. Déjà d'un mouvement souple de baguette, un verre remplie de la boisson préférée de son ami se trouvait face à lui sur le comptoir, impliquant implicitement que c'était la maison qui offrait. Et d'un coup d'œil il s'assura de ses employés. A cette heure, c'était un homme brun et sec qui tenait le comptoir. Lestrange l'avait rencontré dans l'Allée des Embrumes, représentant d'une ancienne famille de Sang-Pur ruinée et certain que c'était le fait de Sang de Bourbe, et il n'avait pas été difficile de le convaincre de prendre le job ; qui ne consistait pas simplement à servir. Rodolphus ne le regrettait pas, correctement habillé, le désormais serveur avait un air tout à fait charmant, et ses oreilles étaient aussi attentives qu'il s'enquérait avec aisance de tous ce dont on parlait au Ministère ou dans les rues. Quant à la sœur, puisqu'il en avait une, aussi brune, grande et sèche, elle s'était révélée une tout aussi bonne recrue et travaillait actuellement en salle. Ni le frère ni la sœur ne savaient cependant Qui il servait, car le jeune Lestrange doutait que ce fut une bonne chose de révéler ce genre de choses à des êtres malgré tout pas d'une intelligence extraordinaire. Leur gratitude pour lui suffisait.

Une bouteille de Whisky Pur Feu dans une main, deux verres dans l'autre. Rodolphus interrogea Lucius du regard pour savoir s'il l'accompagnait. Il prenait, ce faisant, lentement le chemin menant au box qu'occupait leur ancien professeur, qui ne tarderait guère à se retourner pour chercher du regard son hôte qui tardait à reparaître.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucius Malefoy
Grande Blatte Blonde || Directeur Dpt de Contrôle des Bestioles
avatar

Messages : 90

PENSINE
Profession/Année: A votre avis ?
Relations:
MessageSujet: Re: Old Yellow Bricks [Rodolphus]   Sam 4 Oct - 13:03

Lucius eut tout juste le temps d'acquiesçer fièrement du chef entre une phrase et l'autre de Rodolphus, que celui-ci, déjà, lui désignait une table. Le jeune blond n'avait pas tout-de suite remarqué la lueur animant les yeux foncés du Mangemort. Il comprit alors, sans avoir a détourner les yeux en direction de la table, qu'ils avaient quelqu'un d'intéressant à allre voire là bas. Tou-de-même, plein d'une grande curiausité, il observa la direction que lui avait indiqué le propriétaire des lieux. Une silhouette relativement informe, très imposante, s'y tenait, leur tournant le dos. Comment ne pas reconnaître ce très cher et très vieux Horace Slughorn, alors qu'il avait été le professeur de potions de Lucius durant toute sa scolarité ? En plus de cela, il avait à sa charge la maison dans laquelle les deux Mangemorts s'étaient trouvés, et tenait un club, le 'Club de Slug', fréquenté par une élite digne de ce nom, dont bien sûr faisaient parti Lestrange et Malefoy. Un sourire lui vint à cs quelques fort heureux souvenirs. Ce sourire se changea en expression amusée d'avance, à la proposition particulièrement alléchante de Rodolphus.

-Je te rassure, je ne suis en rien fatigué par cette journée, dit-il du même ton léger qu'avait employé son co-tatoué.

Un ton léger, des mots respirant l'ironie la plus pleine qui puisse exister. Une ironie fort complice.
Déjà, sur le comptoir, un verre s'emplisssait d'un whisky à la couleur profondément ambrée, et au goût (Lucius put reconnaître là sa boisson préférée) si intense, qu'il aurait été capable de lêcher au sol les dernières gouttes s'il n'avait pas été aussi pourrri de bonnes manières. Remplissant ainsi le verre pour Lucius, à l'aide de sa baguette, Rodolphus lui indiquait qu'il le lui offrait. Lucius eut un signe de tête, puis, d'un geste relâché et détendu, il prit le verre fraîchement rempli.
Puis :


-De surcroît, depuis le temps que je n'ai pas vu notre bon vieux professeur de potions... Je me fais une véritable joie de me joindre a toi pour une discussion amicale...

Un véritable régal un brin malveillant pouvait se lire dans le regard du Mangemort tendis que sa voix semblait être l'honnête tonalité d'un ancien élève qui a envie de revoir un de ses professeurs préférés.
Rodolphus avait saisi une bouteille d'une main, deux verres dans l'autre, puis, adressant un nouveau regard discrêt à Lucius, il tourna les talons. Malefoy le rattrappa en deux enjambées, marchant fièrement à sa hauteur, approchant d'une bonne allure de la table tant convoitée.
La massive silhouette de Slughorn se tourna à l'entente des pas sur le plancher. Il resta silencieux un très (trop ?) court instant, puis, quand il sembla avoir reconnu Lucius, il s'exclama, avec une forte jovialité :


"Lucius ! Cela faisait fort logtemps, jeune homme ! Après tant d'années, je suis ravi de vous revoir ! Comment se porte ton très cher père, Abraxas ?"

Le concerné répondit poliement à son ancien professeur, cachant avec une facilité déroutante un très léger agaçement : il n'avait jamais aimé les gens parlant trop fort, ceux qui tendaient toujours à en faire un peu trop.

"Je serais ravi de vous recevoir tous les deux à ma table ! Je viens juste d'arriver alors j'ai tout mon temps, n'est-ce pas, Rodolphus ?"

Le ton de Slughorn fut cette-fois-ci moins important, moins élevé. *Le pauvre, il s'y jette les bras grands ouverts*, songea, amusé, Lucius. Les deux Mangemorts s'installèrent face à l'homme. Ils s'échangèrent un très bref regard complice, tendis que Slughorn buvait déjà une première rasade (plus ou moins imoprtane) d'un Wisky Pur Feu de première qualité que lui avait servi Rodolphus.




[Je ne savais pas comment faire s'exprimer (vouvoiement, tutoiement, ...) et réagir Slughorn, donc j'ai fait ce que j'ai pu ^-^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodolphus Lestrange
Proprio de The Alchemist __Sombre et cruel, comme sa femme
avatar

Messages : 147
Âge du perso : 25 ans

PENSINE
Profession/Année: Mangemort ; propriétaire et gérant de The Alchemist's
Relations:
MessageSujet: Re: Old Yellow Bricks [Rodolphus]   Dim 5 Oct - 19:32

[Je te comprends^^.. Perso j'ai opté pour un vouvoiement familier, genre il ne se prive pas de rappeler quand il était professeur et de sortir des "jeunes hommes" ou des "mon garçon", si ça te convient... ?]

S'asseyant auprès de son ami, dont le regard complice semblait être le reflet du sien, Rodolphus ne put s'empêcher un léger sourire goguenard comme Slughorn les avait littéralement invités à une table qui n'appartenait finalement à nul autre que Lestrange. Mais il était coutumier de la manière d'être du Maître des Potions et doutait même que celui-ci fasse ce genre de choses à dessein. C'était probablement juste dans sa nature. L'accueil qui était fait à Lucius n'était pas plus surprenant quand on songeait à sa place au Ministère à un si jeune âge et son statut de représentant des Malefoy. Slughorn n'était pas connu pour se faire des amitiés parmi les insignifiants ou les disgraciés, loin s'en fallait. En revanche il était célèbre pour savoir beaucoup de choses, à force de fourrer son nez dans tant d'affaire…
Tout leur temps, avait-il dit ? De goguenard le regard passa à pétillant.


- Naturellement Horace. Vous êtes mon invité, et Lucius aussi. En fait, cela faisait bien trop longtemps que nous n'avions pu profiter de votre compagnie. A peu que je regrette mes années à Poudlard.

Le sourire franc, le ton léger avec cette pointe de malice qui indiquait que malgré tout, non il ne regrettait pas du tout de ne plus être astreint aux règles du château, mais en prenant tellement à témoin ses auditeurs, tout cela provoqua un rire de la part de leur ancien Chef de Maison.

- Ah Rodolphus, je ne vous crois pas une seconde, jeune homme. Vous réussissez trop bien votre vie de sorciers. Tous les deux.

Sans attendre, il but une bonne rasade de sa boisson avec gourmandise. Son air n'en devint que plus jovial.

- Eh oui… Il est loin le temps où je devais sévir quand vous me rendiez vos devoirs en retard, poursuivit-il avec affection. Mais j'avoue avoir craint que vous ne m'ayez oublié. Vous n'êtes pas venu aux dernières invitations que je vous ai envoyées. Pourtant à notre dernière petite réception il y avait Ludovic. Ludovic Verpey. Un joueur prometteur, ma foi, je crois vous vous intéressez au Quidditch.

- Ah comme beaucoup de sorciers. Je regrette de ne pas être venu. Bien sûr que non, je ne vous ai pas oublié, ce serait difficile, croyez-moi. Mais nous avons été très occupés. Du moins je parle pour moi, mais je n'ai pas de doute au sujet de Lucius, n'est-ce pas ?

D'un regard, il chercha l'assentiment de l'autre Mangemort.

- Mais en fin de compte, reprit Rodolphus, nos grandes conversations me manquaient. J'avoue que je n'ai pas pu m'empêcher de penser à vous chaque fois que je lisais la Gazette. Je me rappelle qu'au temps du Club vous aviez l'art et la manière de remettre les choses en perspective, d'enrichir le tout de quelques anecdotes, voire de nous apprendre à savoir lire entre les lignes. Et maintenant…

Rodolphus laissa échapper un soupir désapprobateur.

- Quand je vois le train où vont les choses. Le Ministère qui emploie tant d'incompétents que je ne peux que plaindre Lucius, toutes ces disparitions, ces diffamations à torts et à travers à l'encontre des Familles de Sang Pur, …. J'aimerais beaucoup connaître votre avis Horace, vraiment.

Voilà. La conversation était lancée, sur une note, semblait-il, parfaitement innocente et sur un sujet bien général. Mais le jeune sorcier comptait bien sur ses talents associés à ceux indéniables de Malefoy pour diriger Slughorn exactement là où ils le désiraient. Bien que loin d'être un idiot celui-ci était quand même sensible aux flatteries et puisque le sujet lui convenait autant que le liquide dans son verre, il ne se priva pas pour répondre.

- Ah il est vrai que nous traversons une période… Marcus me disait encore, Marcus Hooser bien sûr, du Département de la Justice magique, Marcus m'a confié pas plus tard que la semaine dernière qu'il ne voyait plus le jour sous le nombre des plaintes qu'il recevait chaque jour. Ce cher Marcus… Il avait l'air épuisé, d'ailleurs. Ce n'est pas étonnant s'ils ont engagé plus de sorciers pour grossir les rangs du Ministère. Mais naturellement ils ne peuvent plus sélectionner les meilleurs. Je ne serais pas étonné si des bavures avaient été commises que la presse aurait passé sous silence.

Il avait le ton complice et conspirateur qu'il arborait lorsqu'il savait quelque chose. Et ce qu'il ajouta confirma les pensées de Rodolphus :

- Mais vous êtes certainement au courant, Lucius, vous qui travaillez au Ministère ?

De toutes évidences, Horace Slughorn espérait que son ancien élève n'en sache rien et plus encore qu'il lui demande des précisions. Malgré son attitude décontractée, Rodolphus était parfaitement attentif, ne perdant pas un mot, pas un geste de son ancien professeur. Son verre n'était même pas entamé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucius Malefoy
Grande Blatte Blonde || Directeur Dpt de Contrôle des Bestioles
avatar

Messages : 90

PENSINE
Profession/Année: A votre avis ?
Relations:
MessageSujet: Re: Old Yellow Bricks [Rodolphus]   Mer 15 Oct - 21:16

[ok, c'est parfait comme ça Smile ]


Slughorn restait Slughorn. Et il le resterait à jamais. Après toutes ces années, ce vieux phoque (surnom que parfois le jeune Malefoy s'amusait cruellement à lui donner) maniait toujours aussi bien le compliment. Il était vrai que, dans tout domaine existant en ce bas monde, il vallait mieux savoir utiliser cette techinque ancestrale quétait l'éloge. Flatter quelqu'un vous permet de disposer de sa personne sans même que le concerné s'en rende comte. Bien entendu, Lucius savait ne pas y prendre gout. De toute façon, connaissant sa propre valeur, il n'avait pas besoin qu'on lui fasse de compliments, il se les faisait lui-même, donc ne se laissait pas affaiblir par quelque petite flatterie. Il savait que Rodolphus était là aussi comme lui. Lucius, s'il savait y résister, savait aussi très bien faire semblant d'y être sensible. Son visage restait impassible, bien entendu, mais dans ses paroles, il savait faire comprendre, feindre avec subtilité, le fait d'être touché.
Rodolphus installa avec une grande aise la conversation, que Lucius suivit avec une grande attention, attendant son moment d'intervention. Il ne resta pas silencieux pour autant, jetant quelques affirmations, plus ou moins exprimées avec légerté, puis au nouveau tournant que prenait la conversation, avec la gravité de la Noblesse outrée par tant d'incapacités de la part du Ministère. Il était vrait, parfaitement vrai, de dire que Lucius appréciait de moins en moins les nouvelles recrues, mais aussi le menque de respect de plus en plus flagrant envers les être de leur rang, à eux trois; Slughorn, Lestrange et Malefoy : leur rang de Sangs-purs, tant de fois baffoués par les temps nouveaux. A cette pensée, il eut un vague fronçement de nez, comme si une odeur nauséabonde l'avait indélicatement effleuré.

La conversation tant attendue des deux Mangemorts trouva bien vite ses fondations. Sans devenir pour autant ennuyeuse, elle s'attarda sur les soucis du Ministère. Ce bon vieil Horace fut bien fier de parler d'Hooser, un homme que Lucius connaissait bien, puisque leurs services étaient fréquemment amenés a travailler ensemble. Et le malheureux avait toues les raisons du monde pour être épuisé. L'ancien professeur commença par dénoncer l'incapacité du Ministère à recruter des employés dignes de ce nom. Pour ajouter au scandale, la plupart étaient des Sangs-Mêlés. Cette vermine semblait fertile et un peu trop apte a proliférer. Comment ceux là pouvaient être apte a mener des affaires qu'ils ne comprenaient pas ? Soit. L'emportement intérieur de Lucius cessa, il se contenta d'écouter avec attention la suite. Slughorn en savait un peu plus que ce qu'il ne disait. Il ajouta sur un ton profondément complice une question, adressée à lui. Avant de continuer, pensant (et n'ayant pas tout a fait tort) avoir ses deux anciens élèves pendus à ses lèvres, buvant ses paroles.
Lucius prit alors la parole, un plan en tête :


-Il s'avère que j'en ais entendu parler. Mais votrs avis sur les choses a toujours beaucoup compté à mes yeux, Horace. Je le trouve pertinent. Pourquoi ne nous en diriez-vous pas plus ?

L'ancestrale technique se retournait contre son propre maître.

"Je veux parler de cette sale histoire, vous devez vous en souvenir, une dizaine de Moldus ont perdu la vie dans d'étranges et bien sales circonstances, au centre-ville, dans ces galleries sous-terraines où passent leurs transports en masse... Certains disent qu'il s'agissait d'une fuite de gaz. Quelqu'un allume un briquet et c'est fini. Or, je suis sur qu'il s'agissait de tout autre chose. Un farceur mal intentionné qui aurait plaçé quelques objets maléfiques explosifs. Le Ministère aura préféré faire passer cela, ou peut-être l'intervention des partisans de.... (il marqua une pause) sous silence !

Dit comme cela, les choses semblaient fort tirées par les cheveux. Or, il avait raison. Il s'était bel et bien passé quelque chose de magique (ou de maléfique, plutôt, quoi que... il ne s'agissait là que de Moldus.). Et en effet, le Ministère avait placé cela sous silence. Pour ne pas donner de mauvaises idées, et n'affoler personne. Peut-être que lui révéler cela le metterai en confiance, et qu'alors il se déciderait à enfin dire des choses valables pour deux Mangemorts en quête d'informations.

-Si vous me promettez de garder le secret, Horace, et de ne surtout pas en parler a l'un de vos importants amis de la Gazette, (il eut une petite pensée pour Skeeter, cette impertinente petite fouineuse de bas étage) je vais vous faire une petite révélation. (Lucius eut un petit sourire en coin, mystérieux, adressé en partie à Rodolphus. Le plan avançait bien.) Vous ne vous trompez pas, mon ami. Il est vrai que vous vous trompez rarement... le Ministre a en effet préféré enterrer cette sale affaire. Or, ces derniers temps, la vie des sorciers et si morose, qu'il l'a fait, je l'avoue, pour d'excellentes raisons.

Prendre un peu la défence de son employeur, mais surtout, parler tout bas pour n'être entendu de personne autre que Rodolphus et Horace. Ce dernier, un instant durant, se gonfla d'indignation. Il but une nouvelle rasade de son whisky, se calmant alors.
Un nouveau coup d'oeil amusé se lança entre les deux complices.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Old Yellow Bricks [Rodolphus]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Old Yellow Bricks [Rodolphus]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Page Jaune haitienne ? ( Yellow page)
» AUSTRALIAN DESTINY & YELLOW TRICYLE :)
» YELLOW ? Fiche de pub
» Rodolphus Lestrange ? Nightmares Personified
» Chroniques de l'ombre ? Rodolphus Lestrange

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Errare Humanum Est :: 
-{ Pensine
 :: #. Pensine du Monde Magique :: #. Archives :: {. RPs
-
Sauter vers: