Vous-Savez-Qui est en pleine ascension. Venez revivre la Première guerre !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Quand on regarde pas où on va... [Sirius]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maïwenn Katellig
Mangemort || Espionne schizo pour le Vieux Citronné


Messages : 266

PENSINE
Profession/Année: Mangemort (et espionne mais chut)
Relations:
MessageSujet: Quand on regarde pas où on va... [Sirius]   Dim 17 Aoû - 21:27

    En se levant ce matin, Maïwenn se doutait bien que la journée ne serait pas réellement différente des autres. Bien qu’elle n’eu que dix-huit ans, la routine s’était facilement installée. C’était d’ailleurs la seule façon qu’elle avait de pouvoir garder le contrôle le plus possible, chose qui se faisait malheureusement de plus en plus rare. Elle resta étendue un petit moment entre ses draps, les yeux grands ouverts, fixant le plafonnier du lit à baldaquin dans lequel elle passait toutes ses nuits depuis qu’elle avait finit le collège. Elle luttait contre cette oppression insupportable d’insécurité et de douleur. Une fois qu’elle fut totalement réveillée pour sortir de son lit et marcher vers la salle de bain sans vraiment savoir comment elle arrivait à ne pas rentrer dans tous les meubles qui croisaient son chemin, surement l’habitude du trajet.

    Une fois lavée et habillée convenablement, elle se retrouva bien vite à la cuisiner pour déjeuner, seule. Oui, seule, puisqu’il y a peut de temps, elle a elle-même tué ce qui restait de famille, ses parents, dans un excès de folie, sans vraiment s’en rendre compte. La jeune rouquine secoua légèrement la tête et termina son thé. Puis elle resta assise sur place, sans bouger, regardant le vide… Elle ne voyait jamais le temps passé mais ça ne signifiait pas qu’elle ne s’ennuyait jamais. Le seul bruit qu’elle entendait dans l’immense manoir n’était autre que le tic tac de la pendule sorcière qui comptait les secondes… Au bout d’un temps indéterminé, la jeune femme commença a ne plus supporter ce calme et ce silence alors elle se leva d’un bond, se rendit dans le couloir tout en attrapant sa cape noir et la passa sur ses épaules puis sortit en remontant sa capuche sur sa longue chevelure couleur flamme.

    Apres s’être éloignée de la demeure protégée contre l’intrusion intempestive, la jeune femme se trouva un coin d’ombre et transplana pour atterrir dans une ruelle du village tres connu : Pré-au-Lard. La foule n’était pas son élément et elle aurait du resté cloitré chez elle pour éviter les ennuis en tout genre mais elle ne supportait pas le silence et le calme plat du manoir. Elle soupira donc légèrement, s’assura que son capuchon était bien placé sur sa tête et avança parmi la foule de sorciers qui se pressait dans l’allée sorcière. La jeune femme marchait calmement, s’arrêtant de temps à autre pour regarder une devanture où un étalage mais elle n’achetait jamais rien. Elle n’était pas là pour acheter quoi que ce soit, simplement pour passer le temps sans avoir l’impression dérangeante que sa folie la gagnerait de nouveau…

    Elle passait telle une ombre, sans bruit, rasant les murs au plus près, se fondant dans le flux perpétuel des passants, se faisant remarquer le moins possible et ne faisant attention à personne. Elle n’était pas là pour s’attirer d’ennuis, ou même en créer. Elle marchait comme un automate sans vraiment regarder où elle allait, finissant par passer devant les magasins sans savoir lesquels. Elle pensait à tout et rien, s’occupant l’esprit comme elle pouvait quand elle entra brutalement en contact avec quelque chose de dur. Surprise, elle recula de quelques pas tout en secouant la tête pour redescendre sur terre et leva lentement la tête pour voir dans quoi elle était entré sans y prendre garde. Quand ses iris bleu vert se posèrent sur le torse de cette personne, elle ne pu que constater qu’il s’agissait d’un homme. Puis les prunelles de la demoiselle continuèrent leur ascension pour bientôt se retrouver plongés dans deux orbes noire. Quelques secondes plus tard, elle ne pu que se rendre compte qu’elle venait de ‘‘percuter’’ Sirius Black, Maraudeur de la même promotion qu’elle. Alors qu’elle aurait du adopté son attitude du collège pleine d’arrogance et de mauvaise fois, celle qui la rendait si populaire au près des Serpentards alors qu’elle était à Serdaigle, la demoiselle se contenta d’une voix calme et à peine audible.


    - Navrée… Je n’ai pas fait attention où j’allais… J’espère ne pas… Elle eu un petit rire quelque peut ironique, se moquant de sa propre attitude. Ne pas t’avoir fait mal Black.

    Bah oui, quand on a étudier dans la même année et qu’on a le même âge, il est rare qu’on se vouvoie comme par miracle à l’âge adulte.

_________________
+° Bien que fou, mon esprit m’appartient °+
+° La sagesse s'apparente souvent à la folie °+
+° J'y peux rien si je suis plus folle que sage... °+


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Quand on regarde pas où on va... [Sirius]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LOU ? Je suis pessimiste quand je regarde le monde, mais mon système nerveux est optimiste.
» Et quand je regarde dans tes yeux, je me vois comme dans l'eau d'une source... // Pv : Ecume d'Obsidienne
» Quand les gros maigrissent, les maigres meurent. ?Pv Hakushi Mihawk?
» Quand les pingouins rendent fou. [PV Hiroki, Mackenzie, Liloo]
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Errare Humanum Est :: 
-{ Pensine
 :: #. Pensine du Monde Magique :: #. Unfinished
-
Sauter vers: